Accéder au contenu principal

Mission impossible

Où l'on évoque sans langue de bois la difficile mission des enseignants d'aujourd'hui.



A l'attention de l'ensemble des agents en activité


 Bonjour, Monsieur Phelps.

Votre mission, si toutefois vous l'acceptez - votre contrat ne vous laisse pas vraiment le choix, ceci dit, mais ça passe mieux formulé comme ça -, consiste à assurer une nouvelle semaine d'enseignement en tant qu'agent infiltré au sein de l'établissement dit "Collège Jean Roucas", que nous soupçonnons d'être une société-écran œuvrant pour le compte d'une organisation occulte connue sous le nom d'Education Nationale, laquelle aurait des ramifications jusqu'à la tête de l'Etat français...

Compte tenu de la nature potentiellement hostile de votre champ d'opération, prudence et diplomatie seront de rigueur dans l'accomplissement de votre objectif.

En conséquence, les seules armes dont vous serez autorisés à faire usage seront vos connaissances, votre patience, votre bienveillance, votre sens de la pédagogie et, dans les cas les plus extrêmes, la frappe préventive à signer dans le carnet de correspondance.

N'oubliez pas notre credo : nous ne négocions PAS avec l'adversité, nous prévenons ses parents.

Afin de vous aider à préparer convenablement cette mission quasi-impossible, vous trouverez ci-joint le déroulement détaillé des opérations, étape par étape.

Ceux qui le souhaitent pourront retirer leur montre-laser et leur Aston Martin au secrétariat d'intendance à la date et à l'heure de leur choix.

Si vous ou l'un de vos collègues était capturé ou chahuté, le Ministère nierait avoir eu connaissance de vos agissements. Faute de crédits suffisants (ça coûte cher, une Aston Martin. Alors cinquante, vous pensez bien... ), ce message ne s'autodétruira pas, mais si j'étais vous, je reculerais quand même de deux pas.

Avec les gars du service technique, on n'est jamais trop prudent.

Bonne chance, Jim, et n'oubliez pas : le week-end est le moment idéal pour vous entraîner à bosser sous couvertures.

--

 Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…