Accéder au contenu principal

Etudes en vert

Où il est question du petit encadré éco-responsable qui figure au bas de chaque semainier (lui aussi rédigé par votre serviteur, qui a décidément plus d'une corde à son arc), et qui n'est lu que par une poignée d'irréductibles convaincus.



Etudes en vert à Jean Roucas
 (Un article pas du tout tendancieux du Daily Baggle Online.com)


C’est un fait divers peu commun qui a bouleversé ce matin l’équipe éducative du collège Jean Roucas, établissement drômois jusque-là sans histoires.

Dans les rangs des professeurs comme dans ceux de l’administration, la consternation est totale : de l’aveu général, on « ne comprend pas ».

Quelle raison, en effet, a pu pousser Monsieur ********, professeur de ****** depuis plus de ** ans, à en venir à ces extrémités ? Et que ce serait-il passé si personne n’avait tiré la sonnette d’alarme ?

 Il est neuf heures cinquante cinq, heure locale : comme tous les jours, Madame *******, professeur de ********, se rend en salle des professeurs pour y retrouver ses collègues et vérifier le contenu de son casier, des fois que le rectorat aurait décidé de lui verser une prime exceptionnelle.

Mais ce matin-là, à part Monsieur ********, personne n’est encore arrivé dans ce que les médias rebaptiseraient bientôt le « théâtre des évènements ». Car ce qu’elle va découvrir sur cet homme en apparence affable et bien de sa personne va lui glacer le sang.

« Je l’ai trouvé penché sur une feuille de papier, en train de lire quelque chose avec attention. Mais dans un premier temps, je n’ai pas réalisé. Ses sourcils étaient froncés, son front plissé à cause de la concentration. C’était très coloré, peut-être même trop. J’ai cru que c’était son bulletin de paie, ou un tract syndical. Je pense que quelque part, au fond de moi, je savais déjà de quoi il s’agissait, mais que je refusais d’y croire ».

C’est en s’approchant de l’intéressé qu’elle en a la confirmation : non, ce n’est ni une hallucination, ni un cauchemar. Son collègue est bel et bien en train de lire la rubrique Eco-Gestes du semainier hebdomadaire (voir notre illustration ci- joint).

 « Je n’en revenais pas. Jamais je n’aurais pu imaginer que quelqu’un de normalement constitué pourrait s’intéresser de son plein gré à ce que la plupart d’entre nous considèrent comme « une grosse tâche verte en bas de page ». Pour moi, c’était inconcevable ».

 Un avis partagé par la plupart des enseignants.

 « Déjà, lire le semainier, bon, on va pas se mentir, ça nous arrive d’oublier. Alors la rubrique Eco-Gestes... ».

Entendu aujourd’hui par les plus hautes instances du rectorat, l’intéressé s’est contenté de bredouiller « mais enfin, si cette rubrique existe, c’est bien pour qu’on la lise, non ? », ce qui n’a pas suffit à convaincre le jury. Condamné à 80 heures d’HSE bénévoles en zone urbaine sensible, il a juré « qu’on ne l’y reprendrait plus », avant de prouver objectivement sa détermination en allant brûler un stock de vieux pneus usagés dans son jardin.


C.K, pour le Daily Baggle Online.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…