Accéder au contenu principal

Le jour d'avant

Où les températures d'été jouent les prolongations.



Les températures suspectes de ce début d'automne vous laissent perplexe ?

 L’explication est pourtant toute trouvée : elle a deux bras, deux jambes, elle est assise devant votre écran et elle est en train de lire ce message. Car au risque de froisser les plus susceptibles d’entre vous, cette météo capricieuse n’est-elle pas la conséquence directe de votre mépris de la rubrique "éco gestes" ?

Ne doit-on pas, de fait, y voir les prémices d'un inexorable bouleversement climatique et, incidemment, du retour des dinosaures ?

En cette saison jadis morose où l’on avait coutume de compenser la chute des feuilles et du moral par de paisibles veillées devant Michel Drucker (ou Patrick Sébastien, pour les plus courageux), bien emmitouflés dans un plaid douillet, en sirotant avec délectation une « tisane au miel » (« paroles, paroles », comme chantait Dalida), c’est aujourd’hui l’ensemble de la communauté éducative qui en perd son latin, Mme Samer en tête... car alors que les jours déclinent à l’accusatif, au génitif et au datif, voilà que dans un sursaut de générosité suspect (« la générosité est forcément suspecte, et pour chaque largesse prodiguée, il faut joindre un certificat administratif correspondant » - proverbe du service intendance), la nature nous octroie profusion de présents inattendus.

Extase, exaltation des sens, pur ravissement administratif ! Partout, partout, la floraison est intense, colorée, éclatante, mordorée ! Alors que les journées banalisées - pourtant paradoxalement peu banales – viennent bouleverser la monotonie de nos habitudes, sur les panneaux d'affichage, c’est déjà le printemps : les circulaires s’alignent dans un bruissement discret, les exclusions de cours côtoient les listes électorales, on assiste à un véritable feu d’artifice de billets vert, orange, bleu, que sais-je ?- dans les carnets de correspondance (mais pas dans nos maigres portefeuilles, hélas, les campagnes d’HSE n’ayant pas encore débuté)...

 Aussi est-ce tout naturellement que ce nouveau semainier parera votre boîte mail d’atours plus bariolés, plus chatoyants, plus flamboyants encore !


Ce qui, tenez-vous le pour dit, n’est pas une raison pour en faire un feu de cheminée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…