Accéder au contenu principal

Prison break(down)

Où on remet le couvert avec les journées de permanence administrative, et où on le vit super bien.



Cher professeur du Collège Jean Roucas,


 Tu es en vacances, je le sais.

 Ne me mens pas.

J'entends le cri des mouettes et le bruit du ressac en arrière plan.
(Ou bien c'est qu'il est temps pour toi d'acheter un nouveau lave-vaisselle)
(Ou d'arrêter le Karaoké)
(D'URGENCE).

Je t'imagine, alors, rayonnant(e) comme jamais, profitant d'un repos gagné à la sueur du front d'élèves récalcitrants, installé quelque part du côté de Mogadiscio (ou de toute autre ville exotique que je serais incapable de situer sur un planisphère, Grenoble incluse), étendu(e) de tout ton long dans un hamac en fibres 100 % naturelles issues du commerce équitable (tressé en Seine St Denis par d'authentiques shamans guatémaltèque), ou bien en trekking sauvage à flan de Vésuve, une fleur dans tes cheveux, et la mer, et le ciel dans ton regard (qui n'a jamais été si bleu, j'en jurerai, quelle qu'ait été sa couleur d'origine) ; ou même, pourquoi pas, soyons fous, en train de siroter un double Martini on the rocks (l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, l'abus de cailloux aussi, ayez soif de modération) au bras de cette charmante actrice italienne dont le nom m'échappe mais qui, en son temps, aura fait tourner quelques têtes et causé quelques lumbagos (ou à celui de George Clooney, si tu préfères, à déguster un nespresso-what-else qu'il rêve de te piquer - mais chut, je ne t'ai rien dit !), pendant que moi, si triste, si seul, je suis assis à mon bureau au 2 rue de Valsoleil, dans mon vieux pullover élimé, tout entier occupé à tenter de faire abstraction du soleil dans mon dos (celui-là même qui me commande de tout plaquer pour m'en aller gambader dans la nature aux côtés des petits lapinous) ou, à défaut, de chasser de mon esprit l'air qui s'y est logé, souvenir d'une vieille chanson passée de mode qui sonnait un peu comme ceci :

 "Est-ce que tu viens pour les vacances ?
Moi je n'ai pas changé d'adresse
Je serais, je pense
Un peu en avance
Au rendez-vous du semainier hebdomadaire (rime riche)
Je reviendrais photocopier
Une fiche de paie, un arrêté
Puis j'irais me prendre un café
En revenant de ton casier".

Aussi serais-je en droit d'en concevoir de l'amertume, de t'en vouloir, te jalouser, te détester (et même de fabriquer de petites poupées en pailles à ton effigie). Ce serait légitime. Aucune cour de justice n'aurait le coeur de le retenir contre moi. Mais ce n'est pas mon genre. Je suis plus cruel et mesquin que ça, moi. Raison pour laquelle je t'envoie ci-joint, en justes représailles, un petit avant-goût de ce qui t'attend, bientôt.

TRES bientôt.

Mais pas trop, heureusement.

En te souhaitant aussi, sans plaisanter cette fois, des vacances reposantes et pleines de bons moments.

 --


Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…