Accéder au contenu principal

Prison break(down)

Où on remet le couvert avec les journées de permanence administrative, et où on le vit super bien.



Cher professeur du Collège Jean Roucas,


 Tu es en vacances, je le sais.

 Ne me mens pas.

J'entends le cri des mouettes et le bruit du ressac en arrière plan.
(Ou bien c'est qu'il est temps pour toi d'acheter un nouveau lave-vaisselle)
(Ou d'arrêter le Karaoké)
(D'URGENCE).

Je t'imagine, alors, rayonnant(e) comme jamais, profitant d'un repos gagné à la sueur du front d'élèves récalcitrants, installé quelque part du côté de Mogadiscio (ou de toute autre ville exotique que je serais incapable de situer sur un planisphère, Grenoble incluse), étendu(e) de tout ton long dans un hamac en fibres 100 % naturelles issues du commerce équitable (tressé en Seine St Denis par d'authentiques shamans guatémaltèque), ou bien en trekking sauvage à flan de Vésuve, une fleur dans tes cheveux, et la mer, et le ciel dans ton regard (qui n'a jamais été si bleu, j'en jurerai, quelle qu'ait été sa couleur d'origine) ; ou même, pourquoi pas, soyons fous, en train de siroter un double Martini on the rocks (l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, l'abus de cailloux aussi, ayez soif de modération) au bras de cette charmante actrice italienne dont le nom m'échappe mais qui, en son temps, aura fait tourner quelques têtes et causé quelques lumbagos (ou à celui de George Clooney, si tu préfères, à déguster un nespresso-what-else qu'il rêve de te piquer - mais chut, je ne t'ai rien dit !), pendant que moi, si triste, si seul, je suis assis à mon bureau au 2 rue de Valsoleil, dans mon vieux pullover élimé, tout entier occupé à tenter de faire abstraction du soleil dans mon dos (celui-là même qui me commande de tout plaquer pour m'en aller gambader dans la nature aux côtés des petits lapinous) ou, à défaut, de chasser de mon esprit l'air qui s'y est logé, souvenir d'une vieille chanson passée de mode qui sonnait un peu comme ceci :

 "Est-ce que tu viens pour les vacances ?
Moi je n'ai pas changé d'adresse
Je serais, je pense
Un peu en avance
Au rendez-vous du semainier hebdomadaire (rime riche)
Je reviendrais photocopier
Une fiche de paie, un arrêté
Puis j'irais me prendre un café
En revenant de ton casier".

Aussi serais-je en droit d'en concevoir de l'amertume, de t'en vouloir, te jalouser, te détester (et même de fabriquer de petites poupées en pailles à ton effigie). Ce serait légitime. Aucune cour de justice n'aurait le coeur de le retenir contre moi. Mais ce n'est pas mon genre. Je suis plus cruel et mesquin que ça, moi. Raison pour laquelle je t'envoie ci-joint, en justes représailles, un petit avant-goût de ce qui t'attend, bientôt.

TRES bientôt.

Mais pas trop, heureusement.

En te souhaitant aussi, sans plaisanter cette fois, des vacances reposantes et pleines de bons moments.

 --


Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…