Accéder au contenu principal

Le Mot du Coach (1)

Où l'on rédige le mot de clôture du deuxième numéro de la Gazette Sportive du collège, et où on réalise qu'écrire pour des ados, ça peut être très très compliqué, surtout quand on n'est pas sportif soi-même.



 Bon alors on fait le compte, les p'tits gars.

Trois mois d'APPN, déjà,c'est le moment du premier bilan. Si vous le voulez bien, on va commencer par vérifier les bases ensemble.

 Le matériel, d'abord.

Tout le monde a encore ses deux jambes ? Personne n'en a égarée une en route pendant un raid multisports ? Personne n'en a malencontreusement laissée une dans les vestiaires ? Attention, je veux que vous soyez vigilants, avec vos jambes. Je sais bien que même si vous en perdez une, il vous en restera toujours une autre de rechange, mais ce sera moins pratique pour le VTT, surtout dans les montées. Et ça ne rigole pas, les montées, en VTT, alors avec une jambe en moins, ce ne sera pas le pied, si vous voyez ce que je veux dire. Hors de question que je vous donne un coup de main : si vous n'avez pas votre matos, moi, ça me fera une belle jambe, vous n'aurez qu'à vous serrer les coudes entre vous, au lieu de vous tourner les pouces. Quand je vois combien vous êtes à perdre le nord en course d'orientation, ou à oublier votre tête sur le chemin du Collège, je me dis qu'une jambe en moins, ça peut vite arriver.

Bref.

Si vous avez tous vérifié que vous avez bien vos deux jambes, j'imagine qu'on peut en déduire que vous avez aussi vos deux genoux. C'est plutôt une bonne nouvelle parce qu'ils vous serviront encore l'année prochaine. Pareil pour les cuisses, les mollets, les poignets et les avant bras...

Oui, Kévin ?

Une question ? Comment on fait si on a ses deux jambes, mais juste un seul genoux ?

Je vois qu'on a un petit rigolo parmi nous, bravo, c'est tellement drôle que j'en ai mal aux côtes. Fais attention quand même, Kévin : je t'ai à l’œil, alors tiens-toi tranquille, ou je finirais par t'avoir dans le nez.... et tu finiras à l'index. Alors fais profil bas et ouvre grand tes oreilles ! J'en ai assez que tu prennes mes conseils par-dessus la jambe, alors que je m'efforce de prendre vos problèmes à bras le corps... La prochaine fois que tu voudras ralentir la cadence en triathlon, tu pourras toujours courir, mon petit père.

Maintenant qu'on est tous au point côté matériel, qu'on a constaté qu'on était toujours en un seul morceau, on va se donner rendez-vous à la rentrée. Alors d'ici là, soyez prudents, bande de casse-cou ! Je sens que certains d'entre vous vont profiter des vacances pour aller faire les zazous sur les pistes de ski, les pistes de rollers ou les pistes cyclables, et moi, je veux tous vous retrouver entiers à la rentrée.

Parce qu'à la rentrée, j'aime autant vous prévenir, il va y avoir du sport. Encore. Alors je veux récupérer des sportifs, moi, en janvier, pas une bande de bras cassés... Une bande de casse-pieds, à la rigueur, du moment que vous êtes encore en état de marcher. Pareil pour les entorses, d'ailleurs : faites-en à vos principes si vous voulez, comme on dit, mais pas ailleurs ! Et si vous abusez des chocolats à Noël, attention aussi aux crampes... d'estomac ! Vous risquez d'être mis à la diète parce que vous aurez abusé des bonnes choses, mais même avec dix kilos en trop, n'attendez pas que je vous fasse bénéficier d'un régime... de faveur. Je vous mettrais au pas, moi ! ça aidera à la digestion.

Ou bien je vous obligerais à chercher toutes les expressions et les jeux de mots cachés dans ce texte qui ont un rapport avec le corps humain ou avec le sport... et il y en a un paquet ! ça vous fera les pieds !

 --

Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…