Accéder au contenu principal

Tea, Text and Sun


 Où les voyages scolaires forment la jeunesse et où le ciel n'en fait qu'à sa tête.



Le semainier de ce vendredi 20 mars est dédié à des héros, des vrais.

Des hommes et des femmes comme vous et moi (mais surtout comme vous, vu que vous en faites peut-être partie), qui ont survécu pendant une semaine en terres hostiles, lointaines, barbares (un pays sans tartiflette vit encore au moyen-âge, ça a été prouvé scientifiquement), loin de leurs chez-eux, de ceux qui leur sont chers (ou qui leur coûtent cher), et de leurs couettes en pure soie de Corinthe (celles qui ne grattent pas), en compagnie de quelques dizaines d'adolescents riches en trop-plein d'énergie et peu avares en décibels.

Des hommes et des femmes qui se sont littéralement fondus dans leur environnement, en ethnologues, pour assurer leur mission pédagogique avec zèle et vivre cette expérience de l'intérieur (l'intérieur du Pub du coin, sur le coup de minuit, pour être plus précis, suivez mon regard...), sans jamais hésiter à goûter une spécialité locale, ni se soucier de leur estomac ou de la balance qui attend leur retour de pied ferme.

Mesdames, Messieurs, nous n'oublierons pas votre héroïsme. Vous resterez à jamais des modèles et des guides, pour nous (ne serait-ce que parce que les photos, gentiment envoyées par vos collègues pendant notre dégustation de chocol... réunion de Direction hebdomadaire, seront publiées en accès libre dès lundi sur le site du collège).

Autre actualité marquante de la semaine, l'éclipse qui, finalement, n'aura pas fait les choses à moitié puisqu'en plus du soleil, celle-ci s'est éclipsée elle-même, au point qu'on n'en a rien vu et qu'on se retrouve bien bêtes avec nos lunettes spéciales achetées pour l'occasion avec un magazine que nous ne lirons pas.

(Ha flûte, pour jurer comme mon grand père : une partie de mon texte a été éclipsée aussi. Mais pas de panique, il existe un moyen simple de la lire quand même, si vous ne savez pas à quoi occuper votre week-end) (sait-on jamais !).

Enfin, à celles et ceux qui seraient déçus de ne pas avoir assisté à ce phénomène rare, le service d'Intendance conseille (véridique !) de relire Tintin et le Temple du Soleil, un ouvrage dont la rigueur scientifique n'égale que la portée encyclopédique.

Vous souhaitant un excellent week-end (et beaucoup de repos à nos héros qui, comme tous les héros, l'ont bien mérité...) (ce qu'on voit bien sur certaines photos, d'ailleurs, mais vous découvrirez ça par vous-mêmes bientôt !).

Bien cordialement,

-- 
 
 
Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Vers l'Infini et au-delà... mais demain.

Où l'on reprend bon gré mal gré, mais plutôt mal que bon.





On peine souvent à se représenter les distances astronomiques qui séparent les corps célestes, car l'esprit humain n'a pas vocation à traiter des données aussi abstraites.

Qu'est-ce qu'une année-lumière, pour celui qui doit les éteindre en quittant sa salle au nom des économies d'énergie ?

Qu'est-ce qu'un trou noir pour celui qui, sitôt rentré chez lui, noie les contrariétés de la journée dans un trou normand ?

Et même : qu'est-ce que l'infini, pour celui qui n'a jamais eu à corriger une copie désastreuse - avec tellement de ratures dans la marge qu'on dirait une naine rouge ?

L'infini, quel mystère.


Si l'on devait en donner une idée la plus claire et la plus imagée possible, peut-être suffirait-il d'envisager la distance qui nous sépare (déjà !) des dernières vacances ; et plus encore cell…

Un Semainier plus Grand à l'Intérieur

Où l'on éprouve une drôle de désorientation chronologique...


A l'ensemble des voyageurs temporels du Collège Jean Roucas,




Bonsoir à tous - même si le temps est relatif et si mon soir à moi peut très bien être votre matin à vous (ou vice versa, ne soyons pas sectaires - même si mes matins de week-end commencent à midi, ce qui complique encore les choses).


Cela ne vous aura pas échappé : si l'on en croit les fiches de paie que j'ai distribuées dans vos casiers jeudi, nous sommes en Mars (ce qui, vous en conviendrez, explique beaucoup de choses sur le plan de la météo).

Il va donc falloir sérieusement vous préparer à boucler le deuxième trimestre, malgré le fameux coup de fatigue du milieu de l'année scolaire (heureusement, les orientations AFFELNET et les surveillances du Brevet sont encore loin ! N'y pensons même pas !).


Mais tenez bon ! Les vacances de Pâques seront bientôt là - et avec elles, vo…