Accéder au contenu principal

Le Mot du Coach (2)

Où l'on est invité à rédiger le message de clôture du 3ème numéro de la Gazette Sportive et où on ne renonce pas aux velléités pédagogiques, quitte à placer la barre un peu trop haut.


Bon. 

Les p'tits gars, c'est pas pour vous mettre la pression, mais vous êtes sur la mauvaise pente. 
Si. 
Il suffit de lire cette gazette pour s'en convaincre. 
Non mais qu'est-ce qui vous prend ? ! 
Vous vous êtes engagés sur un terrain glissant, c'est moi qui vous le dit : un seul faux pas et c'est la dégringolade assurée ! 
Comment ? Qu'ouïe-je ? 
Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ? 
Vous êtes à fond, là, vous êtes sûr ?
 Ok, je veux bien vous donner une piste, alors. 
Le ski. 
Oui, le ski. Pas le whisky. Le ski tout court. 
Faut faire attention, les enfants, ça vire à l'obsession, là : il y en a (presque) à toutes les pages ! Du ski par-ci, du ski par-là... Vous vous êtes pris pour des esquimaux, ou quoi ? 
Si vous ne vous reprenez pas vite fait, vous allez voir du ski partout, je vous le garantis. Au lieu de réclamer un petit chat ou un hamster, vous allez vouloir un husky. Ensuite ce sera l'escalade : vous ne lirez plus que des livres compliqués, du Korzybski (1) ou du Trotsky (2) (comme si c'était possible de faire trop de ski, franchement...). 
Vous laisserez tomber les mangas et vous ne jurerez plus que par les bandes dessinées d'Alejandro Jodorowsky (3) (si l'année prochaine, j'en surprends un à faire comme Alejandro et à dormir au ski, il va passer un sale quart d'heure, j'aime autant vous prévenir). Vous ne regarderez plus que des films intellectuels, comme ceux de Tarkovski (4) ou ceux de Polanski (5) (et encore, seulement ceux avec Kaus Kinski- 6 ).
Même pour vous détendre, vous exigerez qu'on vous passe un DVD des Wachowski (7). Bon, moi, Paul en ski, à la rigueur, je dis « pourquoi pas ? », ça reste envisageable. Mais emmener une vache au ski, par contre, je trouverais ça déplacé. Si c'est pour qu'elle rumine pendant toute la descente, très peu pour moi, ça ne pourrait qu'aller de mal en pis. Alors voilà, c'est triste à dire, mais c'est comme ça : il n'y a plus de neige, maintenant, donc faites-moi le plaisir d'arrêter votre petit manège et de ranger vos gants. C'est comme ça, inutile d'en faire tout un plat. Ou bien faites un zakouski (8) à base de sauciski (9), si ça vous amuse. Mais je ne veux plus entendre personne s'exclamer « après moi, y'a des luges ! ». C'est terminé. Pour 2015, en tout cas. Comment ça, « il reste encore le ski nautique » ? Vous voulez me mettre en boule, ou quoi ? Pardon ? Qui a dit : « en boule de neige » ? Vous le prenez comme ça, mes p'tits bonhommes ? 
Pour la peine, vous me chercherez toutes les occurrences du son « ski » dans mon laïus, et tous les jeux de mots en lien avec les sports d'hiver. Tant pis si ça jette un froid ! 

Ça vous apprendra à ne pas avoir froid aux yeux !


1. Alfred Korzybski, philosophe et scientifique américano-polonais du 20ème siècle, à qui l'on doit la Sémantique Générale, une façon de penser différente de celle que nous utilisons au quotidien.  

2. Léon Trotsky, révolutionnaire et homme politique russo-soviétique du 20ème siècle, qui a notamment fondé l'Armée Rouge.  

3. Alejandro Jodorwsky, artiste chilien du 20ème siècle, à qui l'on doit de nombreux chefs d'oeuvre de la bande dessiné, dont notamment le grand classique de science-fiction intitulé « La Caste des Méta-Barons ».

4. Andreï Tarkovski, réalisateur soviétique du 20ème siècle, connu pour son cinéma complexe et philosophique, et notamment pour son film de Science Fiction psychologique intitulé Solaris. 

5. Roman Polanski, réalisateur franco polonais du 20ème siècle, connu pour ses films sans concessions.  

6. Klaus Kinski, acteur allemand connu pour sa personnalité colérique et incontrôlable. 

7. Lana et Andy Wachowski, réalisateurs américains de la fin du 20ème siècle, principalement connus pour la célèbre trilogie Matrix.  

 8. Hors d'oeuvre typique de la cuisine russe.  

9. Saucisse traditionnelle russe.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…