Accéder au contenu principal

Pirates of the Lonweekean (2)

Où il suffit d'un week-end de trois jours pour s'imaginer faire le tour du monde en goélette. Ou plutôt en galère, le cas échéant.



Pom.

Pom.

Pom.

Pom.

Le son du tambour, ce martellement sourd, régulier, qui a rythmé votre quotidien pendant cinq longues journées, ce martellement régulier qui est devenu pour vous, au fil des heures, comme un compagnon de voyage - peut-être même comme un frère !-, cette douloureuse ponctuation de vos heures travaillées disparaît peu à peu dans le lointain, à mesure que s'éloigne la galère pénitentiaire de la semaine écoulée (qu'elle coule, s'il faut, maintenant que vous êtes descendu... elle ne manquera à personne !).

Vous avez purgé votre peine hebdomadaire, vous avez remboursé votre dette aux yeux de la société, vous ne lui devez plus ni heures contractuelles, ni HSA, ni HSE. Et pour cause : vous êtes HS. Aussi vous a-t-on débarqué, épuisé, hagard, sur la plage sablonneuse d'un week-end de trois jours, là où courent les crabes du soulagement et les bernard l'ermite de l'insouciance.

Vous avez tellement ramé, cette semaine encore, que vous ne sentez plus vos bras. A un mois du Brevet, c'est à peine si vos jambes soutiennent encore le poids de vos responsabilités pédagogiques. Tout à coup, vos lèvres crevassées frémissent, alors que votre regard se porte sur la mer immobile : l'eau est plate. Trop plate. Une chose est sûre, les cocktails qui vous attendent dans les prochains jours ne le seront pas, eux. 

Libre, enfin.
Libre comme le goéland.
Libre comme l'albatros.
Libre, même, comme le pigeon parisien - car même le modèle qui n'a qu'une seule patte et une fâcheuse tendance à se jeter sous les roues des bus était jusqu'à présent plus à envier que vous !

Alors que vous hésitez sincèrement entre bondir de joie, bondir de satisfaction, bondir de gratitude ou ne pas bondir du tout parce que c'est quand même très très fatiguant, surtout quand il fait chaud, vous portez machinalement votre main à la poche de votre short élimé.
Dans laquelle - ô surprise ! - vous découvrez une feuille de papier, pliée en quatre.
Que vous dépliez fébrilement.
Sur celle-ci, un message, signé du contremaître :

"Amuse-toi bien. On repasse te prendre ce mardi".

La chose est accompagné du semainier ci-joint, au bas duquel votre bourreau a ajouté, griffonné à la hâte et d'une main maladroite : "mais que ça ne t'empêche pas de passer un excellent week-end quand même".

Est-il sincère ? Ironique ? Plus cruel que jamais ?

Dans l'immédiat, qu'importe.
Les "Pom" sont loin.

Dans les trois prochains jours, il ne devrait pas y avoir de pépins.



-- 
 
 Le secrétariat de direction
 
 
Notice explicative : pour celles et ceux qui n'auraient pas leur carte de membre au Club de l'Education Nationale, les HSA et les HSE sont deux types d'heures supplémentaires réservées à la rémunération de projets éducatifs spécifiques. Je suis bien placé pour le savoir : en ma qualité de "petite main", je n'y ai pas droit. Mais c'est moi qui les mets en paiement

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…