Accéder au contenu principal

Pirates of the Lonweekean (2)

Où il suffit d'un week-end de trois jours pour s'imaginer faire le tour du monde en goélette. Ou plutôt en galère, le cas échéant.



Pom.

Pom.

Pom.

Pom.

Le son du tambour, ce martellement sourd, régulier, qui a rythmé votre quotidien pendant cinq longues journées, ce martellement régulier qui est devenu pour vous, au fil des heures, comme un compagnon de voyage - peut-être même comme un frère !-, cette douloureuse ponctuation de vos heures travaillées disparaît peu à peu dans le lointain, à mesure que s'éloigne la galère pénitentiaire de la semaine écoulée (qu'elle coule, s'il faut, maintenant que vous êtes descendu... elle ne manquera à personne !).

Vous avez purgé votre peine hebdomadaire, vous avez remboursé votre dette aux yeux de la société, vous ne lui devez plus ni heures contractuelles, ni HSA, ni HSE. Et pour cause : vous êtes HS. Aussi vous a-t-on débarqué, épuisé, hagard, sur la plage sablonneuse d'un week-end de trois jours, là où courent les crabes du soulagement et les bernard l'ermite de l'insouciance.

Vous avez tellement ramé, cette semaine encore, que vous ne sentez plus vos bras. A un mois du Brevet, c'est à peine si vos jambes soutiennent encore le poids de vos responsabilités pédagogiques. Tout à coup, vos lèvres crevassées frémissent, alors que votre regard se porte sur la mer immobile : l'eau est plate. Trop plate. Une chose est sûre, les cocktails qui vous attendent dans les prochains jours ne le seront pas, eux. 

Libre, enfin.
Libre comme le goéland.
Libre comme l'albatros.
Libre, même, comme le pigeon parisien - car même le modèle qui n'a qu'une seule patte et une fâcheuse tendance à se jeter sous les roues des bus était jusqu'à présent plus à envier que vous !

Alors que vous hésitez sincèrement entre bondir de joie, bondir de satisfaction, bondir de gratitude ou ne pas bondir du tout parce que c'est quand même très très fatiguant, surtout quand il fait chaud, vous portez machinalement votre main à la poche de votre short élimé.
Dans laquelle - ô surprise ! - vous découvrez une feuille de papier, pliée en quatre.
Que vous dépliez fébrilement.
Sur celle-ci, un message, signé du contremaître :

"Amuse-toi bien. On repasse te prendre ce mardi".

La chose est accompagné du semainier ci-joint, au bas duquel votre bourreau a ajouté, griffonné à la hâte et d'une main maladroite : "mais que ça ne t'empêche pas de passer un excellent week-end quand même".

Est-il sincère ? Ironique ? Plus cruel que jamais ?

Dans l'immédiat, qu'importe.
Les "Pom" sont loin.

Dans les trois prochains jours, il ne devrait pas y avoir de pépins.



-- 
 
 Le secrétariat de direction
 
 
Notice explicative : pour celles et ceux qui n'auraient pas leur carte de membre au Club de l'Education Nationale, les HSA et les HSE sont deux types d'heures supplémentaires réservées à la rémunération de projets éducatifs spécifiques. Je suis bien placé pour le savoir : en ma qualité de "petite main", je n'y ai pas droit. Mais c'est moi qui les mets en paiement

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…