Accéder au contenu principal

Si tu reviens, j'annule tout


Où l'on a dangereusement pris goût aux week-end de trois jours et où le sevrage est un peu compliqué. 



Cher Week-end de trois jours,


Si j'oublie ma fierté ce soir et si je prends ma plus belle plume pour t'écrire ce message, avec toute la sincérité dont la nature a jugé bon de pourvoir l'individu de sexe masculin (à savoir : 50 % de déni et 50 % de mauvaise foi), c'est pour te dire que tu me manques. Ni plus. Ni moins. Tu me manques même comme aucun autre week-end ne m'a manqué jusqu'à présent. Je sais que j'ai beaucoup papillonné, que je suis passé de l'un à l'autre sans état d'âme. J'ai même, je le confesse, été butiner à plusieurs reprises du côté des vacances scolaires, une, deux, trois, quatre, cinq semaines d'affilées, ça m'est arrivée, je le reconnais. Je ne vais pas te mentir. Avec elles, j'ai vécu de moment de folle insouciance et (surtout) de grasse mâtinée jusqu'à 14 heures. Mais c'est fini, tout ça. Je te le jure. Je suis un secrétaire administratif nouveau.

Je l'ai compris ce mardi 26 mai, quand le réveil m'a tiré du sommeil avec la cuistrerie qu'on lui connaît, et que j'ai découvert ton post-it sur ma table de nuit. "Je pars, as-tu écrit, acheter des cigarettes". Dans un premier temps, j'y ai cru, bien sûr, je n'ai pas honte de l'avouer. Pendant des jours, je t'ai gardé ta part de purée-saucisses au frigo en attendant ton retour. Je m'étais appliqué : j'avais même réussi à faire en sorte qu'on ne sente plus le goût des flocons de patate lyophilisés, caractéristiques des purées Mousseline (ma spécialité). Seulement voilà. Ce soir, je suis obligé de me rendre à l'évidence : soit tu t'es moqué de moi (soit tu m'as "enfumé", pourrais-je dire si j'avais le cœur à rire !), soit tu es parti les acheter en Espagne par cartouches de dix mille et tu t'es fait coincer à la frontière.

Sache, en tout cas, que tout au long de cette semaine, je n'ai pas cessé de penser à toi. Chaque seconde, de chaque minute, de chaque heure écoulée. J'ai même rêvé de toi à plusieurs reprises, au cours de ces longs moments où je dors les yeux ouvert assis à mon poste de travail (c'est un de mes petits secrets, ne l'ébruite surtout pas, je ne voudrais pas perdre mon poste !). Aussi envisagé-je, dans un proche avenir, de me faire tatouer ton prénom quelque part où ça ne ferait pas trop mal, avec un coeur percé d'une flèche et peut-être des petits oiseaux comme dans les films de Walt Disney.

Car j'en suis là. Je suis accro. Je ne peux pas me passer de ma petite journée de repos supplémentaire.

Aussi, je t'implore à genoux : reviens. Je te promets que (presque) plus jamais je n'irai voir ailleurs.

Je t'aime, week-end de trois jours.

Je pense à toi.

Et à toute l'équipe du Collège aussi, à laquelle je souhaite un excellent week-end... mais de deux jours seulement.
Les âmes les plus affectée par la nouvelle pourront venir chercher des kleenex gratuits au secrétariat.


P.S. : pour conclure sur une note plus positive, M le CPE signale qu'en passant par la Vie Scolaire, vous pourrez dès lundi vous porter acquéreur d'une SPLENDIDE photo de classe TOUTE EN COULEUR, collector et numérotée, pour la MODIQUE somme de 5 euros, dont l'intégralité sera reversé à l'association caritative "une Ferrari Testa Rossa pour M le CPE". Venez nombreux, c'est pour la bonne cause !


-- 
Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…