Accéder au contenu principal

Réunions familiales solennelles

 Où les professeurs restent fidèles au poste (ils y sont un peu obligés) mais les élèves, beaucoup moins (même s'ils y sont obligés aussi, en théorie), les voyages à l'étranger tant beaucoup moins chers quand on réserve mi-juin.


A toi, oui, toi qui, chaque vendredi soir, soupires et désespères à l'idée de passer deux jours oisifs loin des coursives du Collège, tel Romeo séparé de Juliette, Simon sans Garfunkel ou Tom Hanks sur une île déserte, réduit à faire cours à une salle entière remplie de ballons gonflables (ceux qui ont vu le film comprendront, les autres devront attendre lundi pour me demander des explications).

Toi qui te connectes à Sconet en secret, le samedi soir, dans les vestiaires du Macumba, juste pour avoir ta dose d'Education Nationale quotidienne, et qui pestes parce que la page mouline dans le vide.

Toi qui sens comme un vide dans ton cœur quand tu n'entends plus ni brouhaha, ni éclats de voix, ni grossières joyeusetés lancées au détour d'un couloir bondé (au mépris, souvent, des principes de biologie les plus élémentaires), et qui vis la paix du silence comme un acouphène. Toi qui rêve d'une semaine de sept jours travaillés et d'années bissextiles, je dédie cette bonne nouvelle : contrairement aux apparences et comme te le confirmera le semainier ci-joint, non, l'année scolaire n'est pas terminée.

Oh, bien sûr, pendant que nous serons tous enfermés qui dans nos salles de cours, qui dans nos bureaux respectifs (oui, j'essaie d'écrire comme Victor Hugo. Vous me direz si c'est convaincant), nombre de vos petits protégés seront déjà en train qui de bronzer sur les plages de Bali, qui de faire du Windsurf à Hawaii, qui de sauter en parapente du haut de la Cordillère des Andes ou qui de goûter aux joies simples d'une "réunion familiale solennelle", comme l'appellent les initiés, sur une terrasse en stuc à 200 mètres de l'outback Australien... nous pourrions même en concevoir quelque envie légitime - nous qui n'irons pas plus loin que le Vercors dimanche pour une rando dans les cailloux.

Mais réjouissons-nous, au contraire, de nous retrouver tous ensemble, dès lundi, aux premières lueurs de l'aube, les paupières lourdes d'un sommeil guillotiné par un réveil d'humeur révolutionnaire (il n'y a que les aristocrates qui dorment au-delà de 6 heures du matin) pour avancer ensemble, fièrement, mains dans la main, dans les tranchées (nobles mais semées d'embûches) de la reconquête du mois de juin.

Vous souhaitant un excellent week-end pas-trop-travaillé-non-plus,

Bien cordialement,

--


Le secrétariat de direction


Notice explicative : la "réunion familiale solennelle" est l'équivalent parental du chien qui a mangé le carnet de correspondance. Elle justifie les absences anticipées de leurs progéniture, et a souvent lieu dans un pays où il fait chaud, une ou deux semaines avant les vacances. En qualité de personnel administratif rigoureux, je suis tenu de faire semblant d'y croire avec beaucoup de conviction.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…