Accéder au contenu principal

Réunions familiales solennelles

 Où les professeurs restent fidèles au poste (ils y sont un peu obligés) mais les élèves, beaucoup moins (même s'ils y sont obligés aussi, en théorie), les voyages à l'étranger tant beaucoup moins chers quand on réserve mi-juin.


A toi, oui, toi qui, chaque vendredi soir, soupires et désespères à l'idée de passer deux jours oisifs loin des coursives du Collège, tel Romeo séparé de Juliette, Simon sans Garfunkel ou Tom Hanks sur une île déserte, réduit à faire cours à une salle entière remplie de ballons gonflables (ceux qui ont vu le film comprendront, les autres devront attendre lundi pour me demander des explications).

Toi qui te connectes à Sconet en secret, le samedi soir, dans les vestiaires du Macumba, juste pour avoir ta dose d'Education Nationale quotidienne, et qui pestes parce que la page mouline dans le vide.

Toi qui sens comme un vide dans ton cœur quand tu n'entends plus ni brouhaha, ni éclats de voix, ni grossières joyeusetés lancées au détour d'un couloir bondé (au mépris, souvent, des principes de biologie les plus élémentaires), et qui vis la paix du silence comme un acouphène. Toi qui rêve d'une semaine de sept jours travaillés et d'années bissextiles, je dédie cette bonne nouvelle : contrairement aux apparences et comme te le confirmera le semainier ci-joint, non, l'année scolaire n'est pas terminée.

Oh, bien sûr, pendant que nous serons tous enfermés qui dans nos salles de cours, qui dans nos bureaux respectifs (oui, j'essaie d'écrire comme Victor Hugo. Vous me direz si c'est convaincant), nombre de vos petits protégés seront déjà en train qui de bronzer sur les plages de Bali, qui de faire du Windsurf à Hawaii, qui de sauter en parapente du haut de la Cordillère des Andes ou qui de goûter aux joies simples d'une "réunion familiale solennelle", comme l'appellent les initiés, sur une terrasse en stuc à 200 mètres de l'outback Australien... nous pourrions même en concevoir quelque envie légitime - nous qui n'irons pas plus loin que le Vercors dimanche pour une rando dans les cailloux.

Mais réjouissons-nous, au contraire, de nous retrouver tous ensemble, dès lundi, aux premières lueurs de l'aube, les paupières lourdes d'un sommeil guillotiné par un réveil d'humeur révolutionnaire (il n'y a que les aristocrates qui dorment au-delà de 6 heures du matin) pour avancer ensemble, fièrement, mains dans la main, dans les tranchées (nobles mais semées d'embûches) de la reconquête du mois de juin.

Vous souhaitant un excellent week-end pas-trop-travaillé-non-plus,

Bien cordialement,

--


Le secrétariat de direction


Notice explicative : la "réunion familiale solennelle" est l'équivalent parental du chien qui a mangé le carnet de correspondance. Elle justifie les absences anticipées de leurs progéniture, et a souvent lieu dans un pays où il fait chaud, une ou deux semaines avant les vacances. En qualité de personnel administratif rigoureux, je suis tenu de faire semblant d'y croire avec beaucoup de conviction.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…