Accéder au contenu principal

Vaches maigres

 Où l'on sait se faire désirer, mais où l'on s'en fait des cas de conscience.


Bonsoir à tous,


Comme attendu avec une impatience non feinte (j'en suis sûr), je vous transfère ci-joint le semainier des sept jours à venir... mais, cette fois encore, sans son traditionnel petit mot d'accompagnement.

Alors je sais, il y aura des pleurs, il y aura des cris. Des évanouissements, peut-être. Des crises d'hystéries collectives. Des révolutions. Peut-être un changement radical à l'échelle mondiale, ou une élévation massive vers un nouveau plan de conscience transcendantal.

Croyez bien que j'en suis le premier désolé, mais actuellement, mes semaines sont trop denses pour que je puisse encore me fendre de mes petits billets (causes principales : ma qualification récente aux championnats de France de chaises à roulettes, ainsi que plusieurs formations Senseo sur les dosettes Capuccino). Cependant ceux-ci seront de retour sitôt que la conjoncture professionnelle sera plus clémente et que Mme la Gestionnaire aura accepté de m'acheter une voiture de fonction avec des cornes de buffle sur le capot.

Dans l'attente, que cela ne vous empêche pas de passer un excellent week-end.

Bien cordialement,

--


Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Vers l'Infini et au-delà... mais demain.

Où l'on reprend bon gré mal gré, mais plutôt mal que bon.





On peine souvent à se représenter les distances astronomiques qui séparent les corps célestes, car l'esprit humain n'a pas vocation à traiter des données aussi abstraites.

Qu'est-ce qu'une année-lumière, pour celui qui doit les éteindre en quittant sa salle au nom des économies d'énergie ?

Qu'est-ce qu'un trou noir pour celui qui, sitôt rentré chez lui, noie les contrariétés de la journée dans un trou normand ?

Et même : qu'est-ce que l'infini, pour celui qui n'a jamais eu à corriger une copie désastreuse - avec tellement de ratures dans la marge qu'on dirait une naine rouge ?

L'infini, quel mystère.


Si l'on devait en donner une idée la plus claire et la plus imagée possible, peut-être suffirait-il d'envisager la distance qui nous sépare (déjà !) des dernières vacances ; et plus encore cell…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…