Accéder au contenu principal

Une Histoire de Poisson

Où l'on profite du premier avril pour faire marcher son monde, et où le résultat fut au-delà de toute espérance.



Bonsoir à tous,


Comme attendu, je vous transfère ci-joint le planning de la semaine prochaine.

Je profite de cette occasion pour vous adresser un petit signe de main amical avant de m'en aller comme je suis arrivé (tout en discrétion) vers d'autres aventures professionnelles.

Certains d'entre vous ont pu faire connaissance aujourd'hui avec mon remplaçant, dont le magnétisme animal a d'ores et déjà fait fondre nombre de vos collègues féminines (et certains collègues masculins que je ne nommerai pas, mais qui n'ont su cacher leur trouble). Compte tenu de l'efficacité avec laquelle il a fait semblant de travailler toute la journée, je pense qu'il est appelé à devenir un fonctionnaire hors-normes (le meilleur d'entre nous, peut-être) et que vous y gagnerez au change. Il a déjà réservé une tasse XXL dans le local de la machine à café, preuve de son expérience inestimable dans la fonction. Dès lundi, je vous demanderais donc de l'accueillir avec la bienveillance qui vous caractérise, de le ménager durant les premières semaines et, si possible, de lui apporter des bananes (c'est une petite plaisanterie entre nous). Je vous demanderais également de vous montrer tolérants vis-à-vis de sa différence : il est possible qu'il pousse parfois des couinements suraigus, ou qu'il cherche à vous épouiller de temps en temps, mais sachez qu'il s'agit de marques d'affection, chez lui.

Sachez que j'ai eu grand plaisir à travailler avec chacun d'entre vous, et je garderais des souvenirs émus des moments où j'enregistrais vos arrêts maladie dans le logiciel du rectorat, comme de ceux où je vous distribuais vos fiches de paie en salle des professeurs. Ha, comme nous avons ri, ce fameux jour où j'avais malencontreusement mélangé vos ventilations de service ! Et cette fois où j'avais classé la mauvaise convocation à une formation dans votre dossier personnel ? Rien que d'y repenser, je me bidonne sur ma chaise au point que j'en ai mal aux côtes.

Vous le savez sans doute, j'ai toujours rêvé de travailler sur un chalutier, c'est donc un véritable accomplissement pour moi d'intégrer le joyeux équipage de l'Exxon Valdez 2. Le Capitaine Achab m'a fait très bonne impression. Il a travaillé deux ans chez Costa Croisière, je pars rassuré. Les premiers jours seront difficiles, j'en suis conscient, tout particulièrement à cause des gardes-côtes, mais j'ai reçu mes faux papiers, je ne crains pas grand chose (qu'ils m'ont dit). Quand même... ça en fait, des histoires, pour quelques tonnes de farine sous cellophane cachée dans les soutes...

Vous en souhaitant une bonne continuation, ainsi qu'un bon week-end,

Bien cordialement,

-- 
Le secrétariat de Direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…