Accéder au contenu principal

Pétition de Principe

 Où les jours fériés ont le mauvais goût de tomber un dimanche.



Madame, Monsieur,


Par le présent message, nous accusons réception de la pétition collective que vous nous avez adressée par courrier en date du 30 mai.

Soyez assuré(e) que nous avons pris note de votre demande et que nous avons été particulièrement sensibles à la pertinence de vos arguments. Bien que pleinement disposés à y accéder, nous sommes au regret de vous informer que nous ne possédons pas les pouvoirs décisionnels nécessaires à l'adoption de ce type de mesures. Aussi avons-nous transféré votre document au Ministère, dont le représentant nous a rendu réponse ce jour.

En premier lieu, il tient à vous signifier à TOUS son soutien personnel, ainsi que son approbation morale. Il a, dit-il, été ému aux larmes par la noblesse de vos revendications, "ce qui ne lui était pas arrivé depuis la fin du premier Sauvez Willy".

Il se trouve toutefois au regret de ne pouvoir intercéder en votre faveur, pour de banales raisons de calendrier.

En effet, compte-tenu des conventions temporelles en vigueur dans l'Hexagone, il est impossible à l'Etat d'"annuler la journée du lundi", ou de "la remplacer par un dimanche supplémentaire" pour "cause de grasse mâtinée".

En contrepartie, il se propose de faire un geste et de le remplacer par un deuxième mardi.

Dans l'attente de votre réponse, je vous souhaite un excellent samedi, ainsi qu'un dimanche assorti,

Bien cordialement,


Le secrétariat de Direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…

La Possibilité d'une Île

Où l'on découvre que reprendre le travail, c'est moins une fatalité qu'un état d'esprit.



Ha mais vous êtes là, vous ?

Hum, pardon, je ne m'y attendais pas, vous m'avez pris de court.

Je veux dire... si vous êtes là, c'est que vous attendez le planning de la semaine prochaine.


Or si vous attendez le planning de la semaine prochaine, c'est que vous avez repris le travail.


Vous.

Bon, ben, ma foi, pourquoi pas ?


En ce qui me concerne, je trouve que c'est une drôle d'idée mais hé, nous sommes au XXIème siècle, qui suis-je pour juger ?

J'ai donc pris quelques minutes pour vous bidouiller un semainier à main levée dans mon hamac, en mode totale impro, j’espère qu'il satisfera vos attentes, je peux bien faire ça pour vous autres, j'y ai encore mis plein de couleurs comme vous aimez.

Tenez, je suis bon prince, je vais même profiter de l'occasion pour vous envoyer, en plus dudit planning, une peti…