Accéder au contenu principal

Un peu plus près des vacances, seigneur


Où il n'y a plus que cinq ou six élèves qui font encore le déplacement mais où ce n'est pas une excuse pour goûter au plaisir coupable des vacances anticipées.



Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.
Non parce que je vous vois venir, tous autant que vous êtes...
Là, vous êtes au bord de la piscine, un bras nonchalamment trempé dans l'eau et un verre-cocktail à la main, et vous vous dites : "Nous sommes en juillet... Nous ne recevons pas de semainier... ça veut dire qu'on ne travaille pas la semaine prochaine, alors ?".
On ne me la fait pas, à moi.

Je sais que vous savez que vous savez que je sais.

Vous le saviez, ça ?

Hé bien si. Au risque de faire de la peine à certain, et de rassurer d'autres, on travaille. Même si les élèves sont déjà sous les Tropiques depuis la mi-juin, il vous faudra encore surmonter deux jours de dur labeur ("vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, polissez-le souvent et le repolissez, ajoutez quelques fois et souvent effacez") avant de pouvoir goûter pour de bon au repos du guerrier (sauf si le rectorat vous appelle dimanche soir pour aller corriger les épreuves de rattrapage de Pigeon Artistique au BAC option Animaux de Cirque) (ne souriez pas, ça peut encore tomber).

Je vous dispense donc de semainier pour cette fois (mais n'en prenez pas l'habitude, c'est exceptionnel !) et vous invite à vous présenter à l'établissement lundi en fonction des modalités définies avec l'équipe de Direction.

Moi, là, présentement, je regarde l'heure et je me dis qu'il est peut-être temps de rentrer chez moi pour profiter des Soldes Steam.

Vous souhaitant un excellent week-end,


Bien cordialement,


Le secrétariat de Direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…