Accéder au contenu principal

Après le beau temps vient la pluie (enfin !)

Où il pleut pour la première fois depuis fin juillet et où mine de rien, ça commence à faire.



Vendredi 16 septembre, 18h09.




La France a peur.


Je sais qu'en qualité de fonctionnaire (si tant est que les deux termes ne soient pas incompatibles), je suis soumis à un devoir de réserve, mais j'ai également des devoirs de citoyens à honorer ; et j'estime présentement que les seconds priment sur les premiers (même si l'étymologie me donne tort).


En effet, oui, la France a peur.


Or vous êtes la France.

Donc vous avez peur.

C'est imparable, pour citer Jean Claude Van Damme dans son ouvrage "De Sidekickus Veritas".

Aussi dois-je raccrocher ma casquette de secrétaire administratif à la patère de mes grands idéaux pour redevenir, l'espace d'un instant, l'un de vos semblables et vos frères.


Car n'ayez crainte, amis.


Les plus observateurs d'entre vous auront sans doute remarqué que depuis peu, un drôle de truc mouillé tombe du ciel en faisant plitch plotch - un peu comme de l'eau, en fait, mais sans la bouteille en plastique autour (ou, pour les spécialistes de la question : sans le pastis par en-dessous). Sachez que ce n'est pas une hallucination, ni un cas isolé. Or tandis que les moins laïques y voient déjà un signe annonciateur d'Apocalypse ("chats et chiens s'inscrivant sur Meetic ensemble", ce genre de choses), j'ai lutté courageusement contre l'effroi qui me poussait à fuir, je suis resté stoïque, face à l'écran, et je me suis renseigné sur la question auprès de la plus grande autorité en la matière,  un individu très courtois et très cultivé que j'ai rencontré par hasard sur internet et avec qui j'échange régulièrement (vous ne le connaissez pas, il s'appelle Monsieur Google, il ne s'adresse qu'à des gens cultivés comme moi).

Délaissant mes tâches à l'ordre du jour (car qu'est-ce que la mise en paiement de vos salaires, franchement, comparé à un problème de cette importance ?), j'ai interrogé mon ami pendant des heures jusqu'à trouver la trace, enfin, sur un obscur site d'information daté de ce qui semble être la préhistoire numérique (entièrement mis en forme en Comic Sans MS, ça ne trompe pas), quelques références absconses à de tels prodiges (vous serez payés en novembre, au fait). A en croire ces lignes anonymes, il s'agirait d'un phénomène naturel appelé la "pluie", qui serait certes "visuellement impressionnante", mais sans danger pour la personne humaine (même si j'ai également trouvé le témoignage édifiant d'un certain Noé qui, à ce sujet, ce serait exclamé "Sans danger ? J't'en ficherai, du sans danger, nondijiou !") (puis, plus tardivement : "bloubloubloubloub...").

Vous pouvez par conséquent sortir de chez vous sans crainte : contrairement à la pluie de grenouilles ou à la pluie d'hommes (autre témoignage édifiant : "it's raining men ! Alléluïa ! It's raining men !". Notez comme le registre religieux reprend le dessus quand l'être humain est confronté à ses peurs les plus ataviques), la pluie d'eau ne fera que tremper vos vêtements voire, dans les cas les plus graves, humidifier votre épiderme, ce qui nécessitera l'utilisation d'un ustensile textile spécialisé appelé "serviette" sitôt revenus dans vos foyers. Sans cela, vous serez susceptibles d'attraper ce que les anciens appelaient un "coup de froid" (le froid, selon ces mêmes anciens, désignerait des températures descendant en dessous de 30 degrés, mais nos scientifiques modernes doutent qu'une telle chose soit jamais arrivée, et mettent ces déclarations sur le compte de la superstition). Attention cependant aux titulaires d'affections bénignes du cheveu tel que la permanente, le brushing ou la coupe de Desireless. La pluie est en effet susceptible d'en altérer la bonne tenue et de relooker les malheureux en caniches.

Mais enfin, pas de quoi s'alarmer.

C'est mignon, un caniche.

Fort de ces considérations, la direction considère que la "pluie" ne sera pas considéré comme un motif valable pour ne pas vous rendre au Collège lundi, raison pour laquelle je vous joins le semainier afin de vous préparer à la semaine à venir.

Bien cordialement,


Le secrétariat de Direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…