Accéder au contenu principal

Tous les goûts sont dans la nature

Où l'on s'apprête à servir du gastronomique à la cantine, dans le cadre de la semaine du goût, mais où les élèves trouveront encore à râler parce qu'il n'y a pas assez de frites.



La semaine prochaine, cela n'aura échappé à aucun gourmand, c'est la semaine du goût au collège Jean Roucas.

Voilà pourquoi nous vous proposons aujourd'hui, en guise de mise en bouche, de savourer une spécialité de l'établissement, produit d'une longue et belle tradition administrative : un authentique Semainier Hebdomadaire spécial sauce S 42, servi sur son lit de boîte mail.

Pour accomplir ce véritable prodige culinaire, les chefs étoilés du service secrétariat ont mis les petits plats dans les grands (puis ils les ont photocopiés en triple exemplaire et les ont envoyés au rectorat - déformation professionnelle !).

Ils n'ont utilisé, cela va sans dire, que les aliments les plus raffinés - ceux-là même dont, nous le savons, vous êtes particulièrement friands : des pépites d'informations professionnelles sur le déroulement de la semaine prochaine, un nappage de jolies couleurs, un coulis d'images amusantes et une rubrique éco-geste entièrement réalisée à base de produits issus de l'agriculture biologique.

Particulièrement prisé des gens sérieux et consciencieux, ce mets aux saveurs exotiques saura transformer vos palais de rois (ou reines) en véritable carnaval de Rio sensoriel, au point que les papilles de vos pupilles verseront à n'en pas douter une petite larme de satisfaction douce-amère.

Attention cependant à ne pas abuser : bien que savoureux, le Semainier est un plat particulièrement riche (908 kilo-octets environ : gare au passage sur la balance !), qui se révèle par conséquent relativement peu digeste (les estomacs un peu fragiles auront tôt fait d'en concevoir d'ailleurs quelques aigreurs).

Il est courant de dire qu'accompagner le semainier de quelques verres d'alcool fort peut contribuer à le rendre plus facile à mâcher, mais la soif de modération reste chaleureusement conseillée à qui veut en apprécier pleinement le goût si particulier.

Notez cependant qu'aussi appétissant soit-il, le semainier n'est pas un plat comestible - à moins que vous ne l'imprimiez avec de l'encre de seiche sur du papier de riz (ou sur une fine tranche de jambon, mais attention aux bourrages dans l'imprimante !.

La maison déclinera donc toute responsabilité en cas d'ingestion volontaire.

La suite, les heureux habitués de la cantine la trouveront dans leur assiette à partir de lundi.

--


Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Vers l'Infini et au-delà... mais demain.

Où l'on reprend bon gré mal gré, mais plutôt mal que bon.





On peine souvent à se représenter les distances astronomiques qui séparent les corps célestes, car l'esprit humain n'a pas vocation à traiter des données aussi abstraites.

Qu'est-ce qu'une année-lumière, pour celui qui doit les éteindre en quittant sa salle au nom des économies d'énergie ?

Qu'est-ce qu'un trou noir pour celui qui, sitôt rentré chez lui, noie les contrariétés de la journée dans un trou normand ?

Et même : qu'est-ce que l'infini, pour celui qui n'a jamais eu à corriger une copie désastreuse - avec tellement de ratures dans la marge qu'on dirait une naine rouge ?

L'infini, quel mystère.


Si l'on devait en donner une idée la plus claire et la plus imagée possible, peut-être suffirait-il d'envisager la distance qui nous sépare (déjà !) des dernières vacances ; et plus encore cell…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…