Accéder au contenu principal

One more time

Où l'on relance la machine administrative, et où c'est un Diesel.



A l'attention de l'ensemble du personnel du Collège Jean Roucas



Enfin, soupirez-vous d'aise.

Enfin, il est là.

Pendant quelques secondes, vous peinez à y croire. Une joie ineffable vous submerge et balaie votre mélancolie comme une lame de fond. Vos yeux, soudain, brillent avec plus d'éclats qu'un sapin de Noël.

Pendant tant de minutes, de tant d'heures, de tant de jours, de tant de semaines de vacances, vous en avez rêvé.

De nuit, de jour. De Damas à Acapulco, en passant par le Jurassic Park de l'Ardèche profonde.
Ses couleurs chatoyantes. Ses cliparts raffinés. Ses cases rectangulaires alignées avec une rigueur martiale.

Oh oui, bien sûr, vous avez apprécié le farniente, les randos, le soleil - peut-être même les grasses matinées, pour les plus chanceux d'entre vous - mais toujours, au fond de vous, vous ressentiez ce vide, comme un léger picotement derrière la nuque, comme une démangeaison de l'âme qui venait vous rappeler, encore et encore, que vous n'étiez pas pleinement satisfaits, qu'il vous manquait quelque chose.

En l’occurrence : qu'il vous manquait lui. Tel un ami perdu de vue, un mentor, un prince charmant imaginaire...

Combien de fois avez-vous bougonné, trépigné, bouillonné intérieurement en vous remémorant son glorieux souvenir hebdomadaire ?

Combien de fois avez-vous ouvert votre boîte-mail académique "des fois que" ?

"Au cas où" ?

Soyez honnête avec vous-même : vous n'en pouviez plus d'aspirer à le retrouver.

Ou pas ?

Quoi qu'il en soit - que vous l'ayez souhaité, désiré, appelé de vos voeux ou, au contraire, craint dans le secret silence de vos nuits d'insomnies- , il est là et bien là.

Comme le veut une longue et émouvante tradition administrative, il vous détaille par le menu cette première semaine d'une nouvelle année scolaire que nous vous souhaitons riche en expériences et en satisfactions, qu'elles soient professionnelles ou personnelles.

Profitez bien de ce dernier week-end pour aller faire du saut à l'élastique dans le Vercors, voler des amphores au fond des criques, faire la cour à des murènes, écouter du Alain Bashung - que sais-je encore ? - , et rendez-vous lundi, tout sourire, pour la suite des réjouissances.

Bien cordialement,


-- 
 
 
 Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…