Accéder au contenu principal

One more time

Où l'on relance la machine administrative, et où c'est un Diesel.



A l'attention de l'ensemble du personnel du Collège Jean Roucas



Enfin, soupirez-vous d'aise.

Enfin, il est là.

Pendant quelques secondes, vous peinez à y croire. Une joie ineffable vous submerge et balaie votre mélancolie comme une lame de fond. Vos yeux, soudain, brillent avec plus d'éclats qu'un sapin de Noël.

Pendant tant de minutes, de tant d'heures, de tant de jours, de tant de semaines de vacances, vous en avez rêvé.

De nuit, de jour. De Damas à Acapulco, en passant par le Jurassic Park de l'Ardèche profonde.
Ses couleurs chatoyantes. Ses cliparts raffinés. Ses cases rectangulaires alignées avec une rigueur martiale.

Oh oui, bien sûr, vous avez apprécié le farniente, les randos, le soleil - peut-être même les grasses matinées, pour les plus chanceux d'entre vous - mais toujours, au fond de vous, vous ressentiez ce vide, comme un léger picotement derrière la nuque, comme une démangeaison de l'âme qui venait vous rappeler, encore et encore, que vous n'étiez pas pleinement satisfaits, qu'il vous manquait quelque chose.

En l’occurrence : qu'il vous manquait lui. Tel un ami perdu de vue, un mentor, un prince charmant imaginaire...

Combien de fois avez-vous bougonné, trépigné, bouillonné intérieurement en vous remémorant son glorieux souvenir hebdomadaire ?

Combien de fois avez-vous ouvert votre boîte-mail académique "des fois que" ?

"Au cas où" ?

Soyez honnête avec vous-même : vous n'en pouviez plus d'aspirer à le retrouver.

Ou pas ?

Quoi qu'il en soit - que vous l'ayez souhaité, désiré, appelé de vos voeux ou, au contraire, craint dans le secret silence de vos nuits d'insomnies- , il est là et bien là.

Comme le veut une longue et émouvante tradition administrative, il vous détaille par le menu cette première semaine d'une nouvelle année scolaire que nous vous souhaitons riche en expériences et en satisfactions, qu'elles soient professionnelles ou personnelles.

Profitez bien de ce dernier week-end pour aller faire du saut à l'élastique dans le Vercors, voler des amphores au fond des criques, faire la cour à des murènes, écouter du Alain Bashung - que sais-je encore ? - , et rendez-vous lundi, tout sourire, pour la suite des réjouissances.

Bien cordialement,


-- 
 
 
 Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…