Accéder au contenu principal

La musique adoucit les fins d'années

Où l'on s'autorise un petit hors-sujet pour une bonne cause.


Oyez oyez braves gens, qui que vous puissiez être : pas d'histoires de boulot aujourd'hui, nous sommes dimanche, mon bureau est encore loin (mais pas suffisamment à mon goût), il est bientôt midi, je suis toujours en pyjama, il flotte dans l'air comme une impression de laisser-aller... mais pas pour tout le monde.

Car voilà le topo : en février 2017 sort le premier album autoproduit de monsieur-mon-petit-frère, un CD 8 titres ( + 1 bonus, mais chut, c'est un secret) chanté en anglais ET en français, 100% indé et à contre-courant, à mille lieues de gros phénomènes de mode du moment (parce que "f*ck it", tout simplement), mêlant harmonieusement différents styles et différentes ambiances au point qu'on n'y trouve pas deux pistes semblables - sans pourtant que la cohérence de l'album n'en souffre (et avec une belle intelligence également), étrange et entêtant, qui gagne en puissance évocatrice à chaque nouvelle écoute (et non, je ne suis pas du tout de parti-pris). 

Tantôt rageur, tantôt mélancolique, tantôt suicidaire, tantôt grand prince... Mon petit frère, quoi.


Or voilà qu'aujourd'hui, il a la générosité de partager avec le monde (dont, aux dernières nouvelles, vous faites partie, que ça vous plaise ou non) un premier titre extrait de cet album, celui qui lui donne son titre et peut-être le plus intimiste de tous : Friday Night Epitaph.


Raison de plus pour écouter, réécouter, re-réécouter, liker, lover et partager. 


Et à mettre de l'argent à gauche pour février.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…