Accéder au contenu principal

Le lundi au soleil




[INFORMATION IMPORTANTE DU MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE]



Madame, Monsieur,

Après mûres délibérations, le Comité Médical du Ministère juge bon de vous communiquer les informations suivantes, dont la teneur devrait contribuer à établir ou à consolider un environnement de travail stable et productif.

Au cours de votre carrière, il arrivera en effet que vous soyez confrontés à ce que les spécialistes appellent une "semaine de trop", phénomène encore méconnu car souvent confondu avec le RBP (ou "ras-le-bol professionnel").

Cependant si le RBP relève essentiellement de problèmes d'ordre psychologique tels que la dépression, la procrastination ou le pas-envie-fait-chier, la semaine de trop constitue une extension contextuelle de la loi de Murphy et n'est pas imputable au salarié, que ce soit au niveau des causes comme des conséquences.

De par la frustration qu'elle engendre, susceptible de mener à la colère, susceptible de mener au Côté Obscur, la semaine de trop peut toutefois rapidement dégénérer en RBP, voire en GFY ("Go Fuck Yourself", néologisme anglais intraduisible exprimant un profond mal-être doublé d'un sentiment d'injustice), aussi vous recommandons-nous d'être vigilants.

A titre préventif, il conviendra d'être particulièrement attentifs aux signes avant-coureurs suivants :

- La semaine commence par un lundi matin.

- Votre voiture, que vous avez exceptionnellement - et sans aucun problème - remisée dans le garage la veille à une heure du matin (parce que vous aviez oublié de le faire plus tôt) de manière ne pas avoir à gratter le givre le lendemain matin (ce qui s'est avéré totalement inutile parce que POUR UNE FOIS, les températures ne sont pas tombées en dessous de 6), et dont la batterie a été changée il y a moins de deux ans, refuse de démarrer - vous obligeant à ressortir une vieille 205 diesel que vous n'avez pas conduite depuis dix ans et qui est aussi maniable que l'Atlantis du Capitaine Albator.

- Le réseau informatique de l'établissement où vous travaillez ne fonctionne pas, non plus qu'internet.

- Le photocopieur de l'administration ne fonctionne plus en réseau et ne peut plus ni scanner, ni envoyer de fax.

- Vous êtes de surveillance de cantine.

- Votre compagne est de conseil de classe jusqu'à 20 h, et vous réalisez que vous avez oublié vos clés DANS la voiture qui n'a pas voulu démarrer, c'est-à-dire DANS le garage.

Au cas où vous cumuleriez trois de ces signes (ou plus), il y a de très fortes chances pour que vous soyez en train d'expérimenter une authentique "semaine de trop".

Dans ce cas de figure, la marche à suivre est simple : rentrez chez vous, verrouillez derrière vous, refermez les volets, réenfilez votre pyjama et collez-vous devant la Playstation 4 jusqu'en février-mars.

Poussez jusqu'à avril-mai si nécessaire.


On n'est jamais trop prudent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…