Accéder au contenu principal

Pour survivre au semainier, il faut devenir le semainier

Où la semaine fut rude et riche en contrariétés (encore plus que d'habitude, je veux dire)...



Bon gré, mal gré, le doigt rampe douloureusement le long du clavier qui, au fil de la semaine, est devenu son enfer, son champ de bataille.


Blessé au côté par un tir d’agrafeuse inopiné, chaque lettre qu'il enfonce (à grand peine) lui arrache une grimace de souffrance. A bout de forces, il puise dans ce qui lui reste  de ressources pour rédiger cet ultime message de la semaine, dans lequel il se met en scène à la troisième personne - de la pudeur, sans doute, éventuellement un soupçon d'orgueil -, à quelques paragraphes de l'évanouissement.


Ses articulations lui font mal, il peine à se courber, et pourtant il ne renonce pas : il a un devoir à accomplir, il a des responsabilités. Sans lui, ce sont des dizaines de professeurs qui ne sauront pas ce qui les attend dans les sept jours à venir. Sans lui, ce serait l'anarchie. Le chaos. La fin du monde libre. Il pense à Auriculaire, Pouce, Majeur, ses frères d'armes tombés au champ d'honneur. Il pense à la brigade Main Gauche, dont il n'a plus de nouvelles depuis le blitz du "Message-d'Information-à-l'Ensemble-de-l'Equipe-Educative". Il pense à toutes les larmes versées, toute la sueur, et il se demande à quoi bon, mais il ne fléchit pas - ou tout juste ce qu'il faut pour taper ce message.

Il sait que quand la paix du week-end reviendra, il n'aura ni médaille, ni hourras. Il ne sera pas porté en triomphe. Il sait que la liesse sera pour les autres, et il la leur laisse de bon coeur.

Il n'aspire qu'au repos, ce soir.

Il s'imagine déjà dans le B22 modèle Clio qui le ramènera au ranch familial, et à combien il sera heureux de retrouver ses poules et ses vaches - et la jolie Becky, aussi, l'annulaire de la fille du puisatier, son premier et unique amour.

Il pourra alors goûter aux joies simples d'une retraite méritée ; et s'il apprend un jour qu'un professeur n'aura pas oublié son rendez-vous chez M le Chef d'Etablissement, ou que la vie scolaire n'a pas cherché vainement les 3ème1 vendredi matin, il pourra se dire que c'est un peu grâce à lui.

Porté par ces pensées réconfortantes, il rassemble toute son énergie, se prépare au baroud d'honneur, redouble d'efforts et frappe, caractère après caractère :

"Bon week-end à tous".

Voilà. ça, c'est fait.


Il y est presque.


Plus que sa signature à apposer au bas de ce message, ce bout de phrase dont il a fait son emblème, à force, et le calvaire sera fini pour lui, ce sera retour au bercail.


Aussi s'applique-t-il plus que jamais, inspire-t-il profondément (autant qu'un Index puisse inspirer) et inscrit-il le plus sincèrement du monde :


"Bien cordialement,"


--


Le secrétaire de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…