Accéder au contenu principal

Pour survivre au semainier, il faut devenir le semainier

Où la semaine fut rude et riche en contrariétés (encore plus que d'habitude, je veux dire)...



Bon gré, mal gré, le doigt rampe douloureusement le long du clavier qui, au fil de la semaine, est devenu son enfer, son champ de bataille.


Blessé au côté par un tir d’agrafeuse inopiné, chaque lettre qu'il enfonce (à grand peine) lui arrache une grimace de souffrance. A bout de forces, il puise dans ce qui lui reste  de ressources pour rédiger cet ultime message de la semaine, dans lequel il se met en scène à la troisième personne - de la pudeur, sans doute, éventuellement un soupçon d'orgueil -, à quelques paragraphes de l'évanouissement.


Ses articulations lui font mal, il peine à se courber, et pourtant il ne renonce pas : il a un devoir à accomplir, il a des responsabilités. Sans lui, ce sont des dizaines de professeurs qui ne sauront pas ce qui les attend dans les sept jours à venir. Sans lui, ce serait l'anarchie. Le chaos. La fin du monde libre. Il pense à Auriculaire, Pouce, Majeur, ses frères d'armes tombés au champ d'honneur. Il pense à la brigade Main Gauche, dont il n'a plus de nouvelles depuis le blitz du "Message-d'Information-à-l'Ensemble-de-l'Equipe-Educative". Il pense à toutes les larmes versées, toute la sueur, et il se demande à quoi bon, mais il ne fléchit pas - ou tout juste ce qu'il faut pour taper ce message.

Il sait que quand la paix du week-end reviendra, il n'aura ni médaille, ni hourras. Il ne sera pas porté en triomphe. Il sait que la liesse sera pour les autres, et il la leur laisse de bon coeur.

Il n'aspire qu'au repos, ce soir.

Il s'imagine déjà dans le B22 modèle Clio qui le ramènera au ranch familial, et à combien il sera heureux de retrouver ses poules et ses vaches - et la jolie Becky, aussi, l'annulaire de la fille du puisatier, son premier et unique amour.

Il pourra alors goûter aux joies simples d'une retraite méritée ; et s'il apprend un jour qu'un professeur n'aura pas oublié son rendez-vous chez M le Chef d'Etablissement, ou que la vie scolaire n'a pas cherché vainement les 3ème1 vendredi matin, il pourra se dire que c'est un peu grâce à lui.

Porté par ces pensées réconfortantes, il rassemble toute son énergie, se prépare au baroud d'honneur, redouble d'efforts et frappe, caractère après caractère :

"Bon week-end à tous".

Voilà. ça, c'est fait.


Il y est presque.


Plus que sa signature à apposer au bas de ce message, ce bout de phrase dont il a fait son emblème, à force, et le calvaire sera fini pour lui, ce sera retour au bercail.


Aussi s'applique-t-il plus que jamais, inspire-t-il profondément (autant qu'un Index puisse inspirer) et inscrit-il le plus sincèrement du monde :


"Bien cordialement,"


--


Le secrétaire de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…