Accéder au contenu principal

Un Semainier au Poil

 Où les jours continuent de raccourcir et la motivation avec.





"Πού είναι οι γυναίκες ?", se demandait jadis le grand poète et philosophe grec Philippos Juvetkis (ce qu'on pourrait traduire dans la langue de Molière par : "où sont les femmes ?", et dans la langue de Jul par : "wesh cousin y'a d'la blonde ou bien ?"). Une question déchirante qui, aujourd'hui encore, vient remettre en question jusqu'aux fondements de nos identités respectives.

Sans doute fallait-il entendre par-là : "où se situe, en nous, la frontière entre ce que nous reconnaissons comme "homme" et ce que nous reconnaissons comme "femme" ?" Ou, plus communément :  "entre ce que nous reconnaissons comme "femme" et ce que nous reconnaissons comme "nous-mêmes"".

A moins que par un beau samedi soir de Maimacterion, aux alentours de - 392 avant Luc Plamondon, ledit Philippos ait été en galère de meuf ?

Nous laisserons Jul se perdre en conjecture et essayer d'écrire ce dernier mot sans faute, ça devrait l'occuper pour les trente prochaines années.

"Où sont les femmes ?", alors ?

Nous, au secrétariat de direction, serions bien en peine de le dire.

Mais "où est la flemme ?", alors là-dessus, par contre, on est incollable, on pratique à des degrés olympiques.

Car la flemme, voyez-vous, n'est pas une réalité tangible (d'aucun diront "phénoménologique" mais pour ma part, je me contente de taper des mots au hasard comme ça me vient).

La flemme, c'est un état d'esprit, une philosophie, un sacerdoce, un engagement de chaque instant. 

La flemme, la vraie, n'a rien de ces petits accès de paresse dont nous sommes coutumiers, nous autres fonctionnaires, ni de ce dérèglement de la pilosité qu'on nomme trivialement "poil de la main" et qui se développe au contact prolongé de la machine à café.

Non, la flemme, la vraie, demande un investissement personnel total dans le champ du lâcher-prise, un renoncement forcené à toute forme d'action, si productive soit-elle - un art de vivre, même, qui ne se pratique pas à la légère !

"Pour survivre à la flemme", disait l'autre grand philosophe John Rambo, "il faut devenir la flemme".

Aussi vais-je une fois de plus écourter ce message d'accompagnement pour allonger mon week-end en proportion.

Et je peux d'ores et déjà vous dire que la seule question que je me poserai, en écho à mon frère du temps passé, sera : "où est la télécommande ? Avec ses touches plein de charme ? Où est la télécommande ? Où est la télécommande ? Où est la télécommande ?".

Quant à ceux qui se demanderait où est le semainier, il est ci-joint. Tout simplement. Encore faut-il ne pas avoir la flemme de cliquer sur "ouvrir".

Vous souhaitant un week-end molasse, mais reposant,

Bien cordialement,



--


Le secrétaire de direction







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…