Accéder au contenu principal

Pupuce Fugit


Où tout est relatif sauf le week-end.





Bonsoir à tous,



En cette période de l'année, on a coutume de dire que le temps file à toute allure, mais il convient de distinguer deux "temps" distincts : le temps objectif, que l'on peut définir comme étant la dimension de l'univers par laquelle l'énergie peut se propager et par conséquent, celle-là-même qui conditionne l'existence de toutes choses (toutes choses n'étant qu'énergie, l'énergie étant mouvement, le mouvement étant tributaire de l'écoulement temporel), et le temps subjectif, à savoir : la perception humaine que nous avons de cet écoulement.

En l'occurrence, pour prendre un exemple tout à fait innocent, dans sept jours d'ici, nous serons en vacances, c'est une réalité objective, mesurable, qui s'écoulera de la même façon pour tout le monde, mais ces sept jours pourront nous paraître plus longs, ou plus courts, selon si nous avons à assurer des remises de bulletins jusqu'à 22 heures, si nous réalisons alors que nous sommes enfermé dans l'établissement, si nous sommes forcé d'y passer la nuit, si nous découvrons (sans grande surprise) qu'il est hanté par les esprits des élèves qui n'ont pas eu leur brevet, ou si nous devons assister à des concertations actives sans café serré (ou Punch Coco)  pour tenir le coup, rédiger des rapports de comportement à la volée pour une histoire de stylo éponyme, ou se battre avec Sconet pour... ben... le faire fonctionner, déjà ; ou si nous sommes au chaud chez nous, sous la couette, avec un Roibos citron-mandarine à la main, la télécommande dans l'autre, et un combi box internet-tv à la demande-machine à crêpes.

Fort de ces considérations et dans l'intérêt de la science, je m'en vais presser mon présent départ afin d'aller vérifier in situ ces grands principes théoriques.

Comment ça, je ne suis pas crédible ?

Ha mince.

Bon, la vérité, c'est que ma compagne vient d'appeler pour me demander de venir la chercher "en urgence" car une de ses collègues "lui a apporté de poulets".
Et au lieu d'obtempérer sans piper mot comme tout homme censé le ferait dans ce genre de situations, j'ai eu le malheur de répondre "vivants ?", c'est vous dire si j'ai intérêt à ne pas la faire attendre.

Vous souhaitant un excellent week-end (sur les plans à la fois objectif et subjectif),


Bien cordialement,


--


Le secrétaire de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…