Accéder au contenu principal

Winter is Coming Back

Où le froid s'empare lentement du coeur des hommes et où le gel ne se limite plus au seul point d'indice.





Journal de bord du secrétaire, vendredi 1er décembre 2017.



Depuis combien de temps suis-je bloqué là, seul, emmitouflé dans une couverture de survie, avec pour seule source de chaleur le brasier de fortune que j'entretiens avec les archives de l'établissement ?

Quand la neige a commencé à tomber  (il y a quoi ? Deux heures ? Deux jours ? Deux semaines ? Deux ans ?), ils ont dit que ce serait l'affaire d'une demi-journée, que je serai vite de retour chez moi, que je pourrais même faire une bataille de boules de neige avec mes voisins si le cœur m'en disait, dès lors que j'aurais obtenu une autorisation préfectorale et l'aval des forces de l'ordre (pour le bonhomme, par contre, c'est un peu plus long, il faut un permis de construire).

Moi, grand naïf, je les ai cru, oubliant un peu vite qu'ils avaient également prédit le bug de l'an 2000 (le seul bug de l'an 2000, c'est qu'on est déjà en 2017), la France championne du monde de Foot en 2002, la retraite de Johnny en 1998, celle d'Aznavour en 1999, celle de Sardou en 2000, celle de Johnny en 2001, celle d'Aznavour en 2002 (ad lib), la fin du monde en 2012 et du soleil ce vendredi.
Le thermostat fixé au mur indique 22°, mais je réalise tardivement qu'il est gradué en Fahrenheit.

Le soleil s'est levé vers 14 heures, il m'a brièvement ébloui puis il s'est recouché, un peu plus tôt qu'hier, à 14h02.

Comme dans la fonction publique.

Côté régime alimentaire, je me nourris exclusivement de Snickers et de Twix (j'ai trouvé leur tanière en salle des professeurs, je les ai débusqués, ils n'ont pas opposé de résistance - conscients qu'elle serait inutile, sans doute, hypnotisés par mon charisme de mâle alpha).

Je fais mon café moi-même.

Je suis retourné à l'état sauvage.

J’ôte les agrafes à la main.

Je suis un animal.


Si quelqu'un trouve le semainier ci-joint, puisse-t-il l'ouvrir et prendre acte de ce qui l'attend la semaine prochaine dans les vastes étendues du Grand Nord Jean Roucasséen.

Moi, je retourne au campement. Enfin, j'essaie. Il est pas super clair, le plan du PPMS...


Bien cordialement,



--


Le secrétaire de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…