Accéder au contenu principal

Winter is Coming Back

Où le froid s'empare lentement du coeur des hommes et où le gel ne se limite plus au seul point d'indice.





Journal de bord du secrétaire, vendredi 1er décembre 2017.



Depuis combien de temps suis-je bloqué là, seul, emmitouflé dans une couverture de survie, avec pour seule source de chaleur le brasier de fortune que j'entretiens avec les archives de l'établissement ?

Quand la neige a commencé à tomber  (il y a quoi ? Deux heures ? Deux jours ? Deux semaines ? Deux ans ?), ils ont dit que ce serait l'affaire d'une demi-journée, que je serai vite de retour chez moi, que je pourrais même faire une bataille de boules de neige avec mes voisins si le cœur m'en disait, dès lors que j'aurais obtenu une autorisation préfectorale et l'aval des forces de l'ordre (pour le bonhomme, par contre, c'est un peu plus long, il faut un permis de construire).

Moi, grand naïf, je les ai cru, oubliant un peu vite qu'ils avaient également prédit le bug de l'an 2000 (le seul bug de l'an 2000, c'est qu'on est déjà en 2017), la France championne du monde de Foot en 2002, la retraite de Johnny en 1998, celle d'Aznavour en 1999, celle de Sardou en 2000, celle de Johnny en 2001, celle d'Aznavour en 2002 (ad lib), la fin du monde en 2012 et du soleil ce vendredi.
Le thermostat fixé au mur indique 22°, mais je réalise tardivement qu'il est gradué en Fahrenheit.

Le soleil s'est levé vers 14 heures, il m'a brièvement ébloui puis il s'est recouché, un peu plus tôt qu'hier, à 14h02.

Comme dans la fonction publique.

Côté régime alimentaire, je me nourris exclusivement de Snickers et de Twix (j'ai trouvé leur tanière en salle des professeurs, je les ai débusqués, ils n'ont pas opposé de résistance - conscients qu'elle serait inutile, sans doute, hypnotisés par mon charisme de mâle alpha).

Je fais mon café moi-même.

Je suis retourné à l'état sauvage.

J’ôte les agrafes à la main.

Je suis un animal.


Si quelqu'un trouve le semainier ci-joint, puisse-t-il l'ouvrir et prendre acte de ce qui l'attend la semaine prochaine dans les vastes étendues du Grand Nord Jean Roucasséen.

Moi, je retourne au campement. Enfin, j'essaie. Il est pas super clair, le plan du PPMS...


Bien cordialement,



--


Le secrétaire de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…