Accéder au contenu principal

Philosophe > All

Où l'on s'était pourtant juré de ne rien écrire cette semaine, et où la grisaille fait enfin une pause-café...




Bonsoir à tous,



Vous l'ignorez sans doute (car la discipline est injustement boudée par les nouveaux  programmes), mais il est un principe fondamental qui régit le monde sulfureux de l'alchimie, celui dit : "de l'Echange Equivalent", que l'on peut résumer ainsi : "pour chaque chose reçue, il faut en abandonner une de valeur équivalente".

Or vous n'avez pas manqué de le remarquer, j'imagine (sinon prenez vite rendez-vous chez l'ophtalmo) : depuis trois jours, l'horizon s'est paré d'une couleur étrange, aérienne, rassérénante - couleur qui, d'après mes recherches, s'appellerait le "bleu", mais cela reste à confirmer -. Plus troublant encore (comme dirait Pierre Bellemare en faisant sa grosse voix) : une espèce d'immense boule de feu apparaît de temps à autre dans le ciel, par intermittence (un peu comme un fonctionnaire à son poste de travail), parfois même plusieurs heures par jour, et jamais deux fois à la même place !
Tant de prodiges ne pouvaient qu'avoir un prix - et quel prix !

Contrairement à ce que les apparences suggèrent (avec une insistance confinant au harcèlement-de-mail), ce soir, le planning de la semaine prochaine ne sera pas accompagné d'un petit mot humoristique. 


Oui, je comprends votre désespoir.


J'ai entendu votre cri de chez moi et ça me touche, vraiment.


Par conséquent, si d'aventure le désœuvrement devait vous étreindre avec la fougue - qui sait ? - d'un catcheur mexicain à la troisième reprise ; ou si vous deviez ressentir quelques effets de manque (on peut rêver !), n'hésitez pas à relire quelques-uns des messages précédents, piochés au hasard sur la page dédiée : http://lesemainierdelasemaine.blogspot.fr/ . Sans doute y trouverez-vous quelques vérités transcendantes supplémentaires - à commencer par la confirmation de cet adage plein de sagesse, hérité d'un disciple de Confucius : "plus les choses changent, et plus elles restent les mêmes".


Vous souhaitant un week-end riche en méditation et en élévation spirituelle,


Bien cordialement,




--




Le secrétaire de direction


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…