Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mai, 2018

Semaine bissextile

Où l'on prolonge la thématique, à défaut de pouvoir prolonger le week-end d'un jour ou deux, cette fois...



Réjouissez-vous, amis !

ça n'arrive, paraît-il, que tous les quatre cent ans, et c'est un phénomène rare dont bien peu de personnes ont pu faire directement l'expérience : la semaine prochaine sera une semaine de cinq jours.

Oui, vous avez bien lu.


En astrologie, cela équivaut à une configuration céleste de type "Taureau en Lion" (sans doute parce que le Lion a mangé le Taureau, mais je ne suis pas très calé en astrologie) - ou, selon d'autres sources, "Taureau ascendant Lion" (même si un Lion sans dents, je lui souhaite bien du plaisir pour mâcher le Taureau - mais je n'y comprends rien, je pense que ces gens-là parlent par métaphores, preuve objective qu'ils ont trop de temps libre).

Chez les Mayas, la semaine de cinq jours était également considé…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…