Accéder au contenu principal

Articles

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …
Articles récents

Le Semainier du Lundredi Soir

 Où l'informatique a ses raisons que le calendrier ignore.


ENFIN vendredi soir !

On a failli attendre.

Je ne sais pas pour vous mais cette semaine m'a paru in-ter-mi-na...


Comment ça, "on n'est toujours que lundi" ? !

Mais quel est ce prodigieux prodige ?

Après les mois de mars en juin, l’Éducation Nationale aurait-elle inventé les fins de semaine de début de semaine ?

Encore une réforme du calendrier ?

Que nenni !

Il se trouve simplement que sur un coup de tête, la boîte mail de l'établissement est partie en voyage organisé (avec une partie des applications rectorale, elles ont réservé tout un bus rien que pour elles) jeudi dernier à 16 heures, direction les Fidjis, où elles ont bu des mojitos et doré au soleil jusqu'à ce matin vers 10 heures. Il faut dire que comme chacun sait (suivez mes regards), les tarifs des tour operator sont bien plus avantageux en juin …

Boulets et giboulées

 Où la météo, c'est vraiment plus trop ça.


Bonsoir à tous,


Avoir la tête dans les nuages, c'est beau. Tout de suite, on pense "Petit Prince", on pense "innocence", on pense "tout-sauf-boulot".

Avoir la tête dans les orages, c'est moins beau. On pense alors "remboursez-nous notre mois de juin !", "fichu réchauffement climatique !", "si seulement je n'avais pas troué la couche d'ozone !" (ou plus probablement : "qui a laissé chanter Christophe Maé ?").


Manque de chance pour vous, le semainier et les orages ont de nombreux points communs.

Déjà, ils ont une fâcheuse tendance à tomber sitôt que vous êtes en week-end.


Ensuite, comme les orages, un semainier chasse l'autre.

Ne parlons pas du fait qu'en période de conseil de classe, pour certains, ce sont les grandes eaux, la grise mine, le tonnerre qui gronde sous le sourire humide - po…

Un Semainier plus Grand à l'Intérieur

Où l'on éprouve une drôle de désorientation chronologique...


A l'ensemble des voyageurs temporels du Collège Jean Roucas,




Bonsoir à tous - même si le temps est relatif et si mon soir à moi peut très bien être votre matin à vous (ou vice versa, ne soyons pas sectaires - même si mes matins de week-end commencent à midi, ce qui complique encore les choses).


Cela ne vous aura pas échappé : si l'on en croit les fiches de paie que j'ai distribuées dans vos casiers jeudi, nous sommes en Mars (ce qui, vous en conviendrez, explique beaucoup de choses sur le plan de la météo).

Il va donc falloir sérieusement vous préparer à boucler le deuxième trimestre, malgré le fameux coup de fatigue du milieu de l'année scolaire (heureusement, les orientations AFFELNET et les surveillances du Brevet sont encore loin ! N'y pensons même pas !).


Mais tenez bon ! Les vacances de Pâques seront bientôt là - et avec elles, vo…

Semaine bissextile

Où l'on prolonge la thématique, à défaut de pouvoir prolonger le week-end d'un jour ou deux, cette fois...



Réjouissez-vous, amis !

ça n'arrive, paraît-il, que tous les quatre cent ans, et c'est un phénomène rare dont bien peu de personnes ont pu faire directement l'expérience : la semaine prochaine sera une semaine de cinq jours.

Oui, vous avez bien lu.


En astrologie, cela équivaut à une configuration céleste de type "Taureau en Lion" (sans doute parce que le Lion a mangé le Taureau, mais je ne suis pas très calé en astrologie) - ou, selon d'autres sources, "Taureau ascendant Lion" (même si un Lion sans dents, je lui souhaite bien du plaisir pour mâcher le Taureau - mais je n'y comprends rien, je pense que ces gens-là parlent par métaphores, preuve objective qu'ils ont trop de temps libre).

Chez les Mayas, la semaine de cinq jours était également considé…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…