Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2017

Ils pourront avoir nos terres et nos fermes mais ils n'auront pas... NOOOOTRE SEMAINIIIEEEERRRR !

 Où c'est la dernière de l'année et où ma foi, on ne va pas se mentir, c'est pas de refus.



Oh, je sais très bien ce que vous vous dites.

Ne mentez pas. Vous ne pouvez rien me cacher. Je sais tout de vous.


N'oubliez pas qu'en ma qualité de personnel administratif, je suis ce que vous connaissez de plus proche de Big Brother. Même si, bon, je suis plutôt moyen-Big, dans les faits, mais suffisamment Big pour savoir que présentement, vous êtes chez vous, devant un bon feu de cheminée, à regarder votre stock de copies à corriger se consumer lentement et à vous étonner que cette vision puisse être si apaisante, et vous vous dites que vous n'aurez qu'à prétendre que Rudolphe le renne au nez rouge les a mangées, que votre jumeau maléfique vous les a volées pour y mettre des notes au-dessus de la moyenne, que ce genre de choses, ça marche à chaque fois... et au fond de vous, tout au fond de vous, dans…

Pupuce Fugit

Où tout est relatif sauf le week-end.





Bonsoir à tous,



En cette période de l'année, on a coutume de dire que le temps file à toute allure, mais il convient de distinguer deux "temps" distincts : le temps objectif, que l'on peut définir comme étant la dimension de l'univers par laquelle l'énergie peut se propager et par conséquent, celle-là-même qui conditionne l'existence de toutes choses (toutes choses n'étant qu'énergie, l'énergie étant mouvement, le mouvement étant tributaire de l'écoulement temporel), et le temps subjectif, à savoir : la perception humaine que nous avons de cet écoulement.

En l'occurrence, pour prendre un exemple tout à fait innocent, dans sept jours d'ici, nous serons en vacances, c'est une réalité objective, mesurable, qui s'écoulera de la même façon pour tout le monde, mais ces sept jours pourront nous paraître plus longs, ou plus courts, selon si nous…

Mission Impassible

Où l'on pensait ne pas avoir l'inspiration et où finalement, c'est comme l'appétit, ça vient en mangeant (mais je me comprends)...




Bonsoir à tous,



Une fois de plus, je suis au regret de ne pas pouvoir accompagner le semainier ci-joint d'un de ces petits mots humoristiques que j'ai coutume  d'écrire chaque vendredi quand je me réveille avant 16h30 (c'est la faute de ma collègue, aussi ! C'est elle qui a pour consigne de mettre en route la machine à café à cette heure-là, pour que l'odeur de pur arabica me réveille en douceur !) mais comme vous le savez si vous lisez attentivement les messages d'information que je vous envoie (et vous lisez attentivement les messages d'information que je vous envoie, n'est-ce pas ? !) (j'ai dit : N'EST-CE PAS ?), il peut m'arriver d'accepter des missions ponctuelles pour d'autres ministères.

En l'occurrence, …

Amicale-ment vôtre

 Parce que cette année, l'Amicale se mobilise pas mal pour faire vivre la salle des professeurs...



Bonjour à tous,




Comme vous le savez sans doute, il m'arrive d'accepter des missions ponctuelles pour arrondir mes fins de mois et pouvoir manger des craquottes au petit déjeuner (avec, peut-être, soyons fous, du beurre dessus en période faste !).

Aussi n'est-ce pas au nom de l'Education Nationale que je m'adresse à vous ici, mais à la demande expresse du Ministère de la Banquise Enchantée, qui m'a chargé de vous transmettre un message émanant de sa plus haute instance en la personne de Monsieur Père Noël.


Celui-ci désire en effet vous informer de sa présence au Collège Jean Roucas :


Jeudi 21 décembre à partir de 19h30 en salle des professeurs


A cette occasion, il veillera au bon déroulement d'un échange de petits cadeaux et s'assurera que ces transactions respectent la lég…

Winter is Coming Back

Où le froid s'empare lentement du coeur des hommes et où le gel ne se limite plus au seul point d'indice.





Journal de bord du secrétaire, vendredi 1er décembre 2017.



Depuis combien de temps suis-je bloqué là, seul, emmitouflé dans une couverture de survie, avec pour seule source de chaleur le brasier de fortune que j'entretiens avec les archives de l'établissement ?

Quand la neige a commencé à tomber  (il y a quoi ? Deux heures ? Deux jours ? Deux semaines ? Deux ans ?), ils ont dit que ce serait l'affaire d'une demi-journée, que je serai vite de retour chez moi, que je pourrais même faire une bataille de boules de neige avec mes voisins si le cœur m'en disait, dès lors que j'aurais obtenu une autorisation préfectorale et l'aval des forces de l'ordre (pour le bonhomme, par contre, c'est un peu plus long, il faut un permis de construire).

Moi, grand naïf, je les ai cru, oubliant un …