Accéder au contenu principal

Ho Ho Ho !

 Où l'on met l'esprit de Noël à l'heure administrative.



Cher [Professeur du Collège Jean Roucas],


Comme tu le sais, les fins d'années sont des périodes chargées pour moi, c'est pourquoi je ne peux pas répondre personnellement à ta gentille lettre. Mais rassure-toi, j'ai confié celle-ci aux bons soins de mon équipe de joyeux lutins (1), qui va étudier ta liste de demandes avec la bienveillance contractuelle (2) dont notre entreprise s'est engagée à faire preuve lors de sa fondation, il y a deux mille années de ça, et qui lui vaut d'être aujourd'hui encore numéro 1 dans son secteur d'activité.

Grâce à la formule "magique" élaborée pour moi par les sympathiques magiciens de mon service "facturation et recouvrement de dettes rigolo", ils vont calculer tes droits à récompenses pour l'année civile 2014, au prorata de tes bonnes actions accomplies durant la période du 5 décembre 2014 au 4 décembre 2015 (jours ouvrés, ouvrables et fériés inclus), minorée du pourcentage de G.M.E.H. (gentillesse minimale que toute société dite "civilisée" est en droit d'attendre d'un être humain), lui-même multiplié par le nombre d'années d'ancienneté dans la fonction (si tu es un elfe, un hobbit ou un fonctionnaire d'état, pas de panique ! Un barème spécial a été établi à ton attention).

De ce chiffre brut seront ensuite déduites les charges patronales, la TVA, les éventuelles taxes de douane ainsi que la part sociale nécessaire à la rémunération de mes joyeux lutins qui sont, dois-je te le rappeler, engagés dans une démarche de retour à l'emploi et, à ce titre, partiellement pris en charge par le Pôle Nord-Emploi.

Cependant j'ai une bonne nouvelle pour toi : compte tenu de la regrettable fermeture de notre succursale "Père Fouettard" (pour cause de non-conformité avec les normes pédagogiques actuellement en vigueur), en tant que professeur amené à punir, noter ou "mettre au coin" des adolescents en butte avec l'autorité des adultes (et donc, à prendre le relais de nos ogres et de nos méchants loups assermentés), tu bénéficieras d'un bonus proportionnel aux hectolitres de larmes que tu auras fait couler dans l'année (3).

Quel que soit le cas de figure, tu recevras sous huitaine une estimation de ton droit à récompense 2014, que tu auras vingt quatre heures pour contester (s'il y a lieu) auprès de notre service des joyeux litiges (6,35€/minute + coût de l'appel depuis un fixe) (4). Ce délai de rétractation écoulé, aucun recours ne sera plus possible et tes cadeaux te seront remis à l'heure dite de la date dite (sous réserves d'encombrement postaux ou d'accidents de traîneau).

Si passé le 25 décembre, tu n'étais pas satisfait de notre prestation, je t'invite avec bonhommie à prendre contact avec les joyeux messieurs de mon service juridique, qui se feront un devoir de t'indiquer, étape par étape, quelles démarches tu devras mettre en œuvre pour entamer une procédure judiciaire joyeuse, certes, mais également longue et coûteuse.

Dans l'attente (et pour t'assurer de ma sollicitude à ton égard) (5), je te transfère ci-joint un Semainier 2015 plein de paillettes et de couleurs, qui se substituera avantageusement à ton sapin de Noël bancal et mal décoré - ou te fera économiser une somme substantielle si tu n'as pas encore satisfait aux exigences de la tradition en la matière (6).

Tu noteras également, c'est important, qu'au contraire de ton hideuse chapelle Sixtine végétale, mon semainier "ne perd pas ses fichues épines", ce qui t'évitera des séances de balais-aspirateur parfois plus longues et plus pénibles que nos procédures judiciaires (ce qui n'est pas peu dire).

A titre exceptionnel, sache enfin que ce semainier ne te sera pas facturé, pas plus qu'il ne sera déduit de ton droit à récompense 2014.

Vois dans ce geste commercial de ma part un témoignage de l'estime que je te porte. C'est cela, aussi, l'esprit de Noël.

Bonne fêtes et bonnes vacances.

 Ho. Ho. Ho.


 (1) Lors de leur entretien d'embauche, nos lutins s'engagent à être joyeux, sans clause limitative. Tout potentiel manquement à ce principe est passible de licenciement pour faute grave. Merci à notre aimable clientèle de nous alerter en cas de non-respect de ce principe, et de contribuer ainsi à améliorer la qualité de nos services.

(2) Sous réserve de stock disponible.

(3) Conformément au principe (attesté) qui veut que "toute peine mérite salaire".

(4) La joie du service de joyeux litiges donnera également lieu à une surfacturation.

(5) Formule non contractuelle.

(6) Conformément à l'alinéa 22bis du code du Pays des Jouets, le non-respect des normes et conventions en vigueur à Noël entraîne un malus conditionnel pouvant aller de 7% à 24% en cas de cheminée mal entretenue pouvant entraîner des dommages corporels à nos agents sur le terrain. Bien à toi, -- Le secrétariat du Père Noël Zone Industrielle de la Banquise 2 route du Permafrost 26800 POLE-NORD

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…