Accéder au contenu principal

Le printemps des cerises

 Où les jours rallongent enfin et où le moral suit (enfin aussi).


Bulletin d'information spécial du service Intendance.



Bien qu'avril soit à nos portes, comme en témoignent les "Atchoums !" et les "Pioupioupiou !"(1) qui ont envahi depuis peu l'espace sonore, aucun arrivage de cloches ne nous a été annoncé pour la semaine à venir(2). Aux dernières nouvelles, elles seraient bloquées à la frontière Italienne(3) pour de sombres histoires de trafic de chocolat.

En lieu et place, ce mercredi 1er, ce seront des photocopieurs flambant neuf (4) qui descendront du ciel (ou, plus vraisemblablement, du camion), pour mettre un terme (provisoire ?) au règne de terreur du "pas de papier dans le ByPass" et du bourrage machine. Par conséquent, si vous voulez photocopier vos petits poissons à découper et à coller dans le dos de M le CPE (5), il faudra vous y prendre avant, ou après, mais sûrement pas pendant, parce que je ne veux pas avoir à traiter vos déclarations d'accident pour un mauvais coup de clé à molette dans l'oeil (6).

Oh, et au risque d'insister, contrairement à ce que la forme de ce message pourrait suggérer, non, ceci n'est pas une blague (7). Tout comme, d'ailleurs, la fameuse exposition sur la chauve-souris attendue de longue date par Mme L. (qui se reconnaîtra). Un sujet grave et d'actualité, en lien direct avec le quotidien de nos chères têtes blondes et au plus proche de leurs préoccupations adolescentes.

Plus proche de nous et pour conclure, n'oubliez pas que nous perdons une heure dans la nuit de samedi à dimanche (8). Oui, vous avez bien lu. Une heure de sommeil. Pire : une heure DE WEEK-END ! Ô rage, ô désespoir, j'ai envie de dire, en levant les bras vers le ciel et en bavant un peu. Ô calendrier ennemi.

Raison de plus pour moi de mettre un terme provisoire à mes élucubrations et de m'en retourner chez moi avec le sentiment de celui qui... ben qui va dormir une heure de moins accompli.




(1) Je sais, j'imite super-bien le rouge-gorge, c'est comme ça que j'ai eu le concours.

(2) A part votre serviteur, du lundi au vendredi, vers 7h45 du matin. Mais c'est une autre histoire.

(3) Mais si, vous savez, l'Italie : terre de contraste et de Mogadiscio...

(4) Encore que s'ils flambent dès la mise en route, c'est qu'on n'aura pas fait une bonne affaire.

(5) Ou, soyons fous, vos cours et vos devoirs maison (personne ne vous jugera) !

(6) Les profs de Techno et de Maths vivent très bien avec un compas en plein dedans. ça ne les empêche pas de venir travailler quand même.

(7) Ceci n'est pas une pipe non plus. Hélas pour la postérité.

(8) Celui qui retrouvera la mienne et me la ramènera entière se verra offrir une belle récompense.


--


Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…