Accéder au contenu principal

Le printemps des cerises

 Où les jours rallongent enfin et où le moral suit (enfin aussi).


Bulletin d'information spécial du service Intendance.



Bien qu'avril soit à nos portes, comme en témoignent les "Atchoums !" et les "Pioupioupiou !"(1) qui ont envahi depuis peu l'espace sonore, aucun arrivage de cloches ne nous a été annoncé pour la semaine à venir(2). Aux dernières nouvelles, elles seraient bloquées à la frontière Italienne(3) pour de sombres histoires de trafic de chocolat.

En lieu et place, ce mercredi 1er, ce seront des photocopieurs flambant neuf (4) qui descendront du ciel (ou, plus vraisemblablement, du camion), pour mettre un terme (provisoire ?) au règne de terreur du "pas de papier dans le ByPass" et du bourrage machine. Par conséquent, si vous voulez photocopier vos petits poissons à découper et à coller dans le dos de M le CPE (5), il faudra vous y prendre avant, ou après, mais sûrement pas pendant, parce que je ne veux pas avoir à traiter vos déclarations d'accident pour un mauvais coup de clé à molette dans l'oeil (6).

Oh, et au risque d'insister, contrairement à ce que la forme de ce message pourrait suggérer, non, ceci n'est pas une blague (7). Tout comme, d'ailleurs, la fameuse exposition sur la chauve-souris attendue de longue date par Mme L. (qui se reconnaîtra). Un sujet grave et d'actualité, en lien direct avec le quotidien de nos chères têtes blondes et au plus proche de leurs préoccupations adolescentes.

Plus proche de nous et pour conclure, n'oubliez pas que nous perdons une heure dans la nuit de samedi à dimanche (8). Oui, vous avez bien lu. Une heure de sommeil. Pire : une heure DE WEEK-END ! Ô rage, ô désespoir, j'ai envie de dire, en levant les bras vers le ciel et en bavant un peu. Ô calendrier ennemi.

Raison de plus pour moi de mettre un terme provisoire à mes élucubrations et de m'en retourner chez moi avec le sentiment de celui qui... ben qui va dormir une heure de moins accompli.




(1) Je sais, j'imite super-bien le rouge-gorge, c'est comme ça que j'ai eu le concours.

(2) A part votre serviteur, du lundi au vendredi, vers 7h45 du matin. Mais c'est une autre histoire.

(3) Mais si, vous savez, l'Italie : terre de contraste et de Mogadiscio...

(4) Encore que s'ils flambent dès la mise en route, c'est qu'on n'aura pas fait une bonne affaire.

(5) Ou, soyons fous, vos cours et vos devoirs maison (personne ne vous jugera) !

(6) Les profs de Techno et de Maths vivent très bien avec un compas en plein dedans. ça ne les empêche pas de venir travailler quand même.

(7) Ceci n'est pas une pipe non plus. Hélas pour la postérité.

(8) Celui qui retrouvera la mienne et me la ramènera entière se verra offrir une belle récompense.


--


Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…