Accéder au contenu principal

Je vous ai compris

 Où l'on s'apprête à élire les représentant des personnels au Conseil d'Administration, et où ça me fait une belle jambe (vu que j'en tape déjà les compte-rendus et les actes administratifs, ce qui me suffit amplement).



Alors que le Collège Jean Roucas s'apprête à vivre pendant cinq jours à l'heure électorale, j'ai décidé de profiter de ma position avantageuse pour passer un message politique fort, percutant, en annonçant la candidature au poste de Représentant du Personnel au Conseil d'Administration (ou, pour être plus précis, de Représentant de ma Personne au Conseil d'Administration, mais ne jouons pas sur les mots). D'un commun accord avec moi-même, qui m'a publiquement accordé son soutien en dépit de nos fréquents désaccords, j'ai constitué une liste de personnes en qui j'ai toute confiance afin de m'épauler dans cette noble démarche, à commencer par le secrétaire de Direction du Collège Jean Roucas, le secrétaire d'Intendance du Collège Jean Roucas, le gars un peu distrait assis face à l'ordinateur à côté du bureau de Mme la Principale ainsi que le rédacteur du mot d'accompagnement hebdomadaire qui vient avec les semainiers.

Je vous promets, notamment, de modifier la durée de nos journées en les passant de 24 à 35 heures, afin que nous puissions boucler notre travail hebdomadaire le lundi et nous reposer le reste du temps.

Je vous promets également d'instaurer ce que j'ai appelé, malgré les protestations de mon service de com', une période de "vacail" après chaque vacances, dans le but de réduire le traumatisme de la reprise en proposant un palier de décompression (ou, ici, de recompression) travaillé à 50%, uniquement entre 10h et 15h.

Le jour de l'invention de la machine à café sera décrété jour férié.

Le jour de l'invention de la photocopieuse sera décrété fête nationale (aucun bourrage papier ne saura m'en dissuader).

L'administration deviendra une religion, une discipline olympique et une forme marginale d'expression artistique.

Je travaillerais main dans la main avec l'opposition terrestre, et main dans le tentacule avec l'opposition extra-terrestre (mais je traiterais également avec ceux qui sont pourvus de pinces, car je suis pour la diversité).

Il va sans dire que je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin : il ne s'agit là que d'un premier pas, une étape de ma carrière politique toute neuve, un marchepied qui me permettra d'accéder à des positions plus prestigieuses (comme, par exemple, la position debout, trop rarement observée dans la fonction publique), des postes à responsabilités où je pourrais véritablement faire la différence. A l'échelle du pays, d'abord, dont je brigue le Ministère de la Crêpe Suzette, puis à l'échelle du monde, que je dominerai avec bienveillance pour son propre bien et celui de mon compte en banque. A terme, je souhaite également rendre à la planète Terre une place centrale au sein du système solaire, à savoir entre Jupiter et Saturne, et faire de Mars un lieu de villégiature privilégié afin de désengorger un peu la Côte d'Azur.

Je vous encourage donc à voter pour moi ce vendredi, et plusieurs fois d'affilée.

Après tout, les semainiers que je vous envoie chaque semaine vous ont-ils jamais déçu ?
Vous ont-ils déjà menti ?
Non.
Jamais.
Comme celui que vous trouverez ci-joint, ils vous ont toujours parfaitement préparé à la semaine à venir, dont ils se sont toujours fait le reflet fidèle (mais en version toute plate avec des cases en longueur).

Alors au moment où vous passerez dans les urnes, votez utile, votez pour mon nombril.
ça rime, ça ne peut donc qu'être vrai.


Sur ces bonnes paroles, je vous laisse : le week-end porte conseil (je vous le souhaite donc excellent).


Le secrétariat (qui a visiblement besoin de vacances. Ou éventuellement de vacail...).


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…