Accéder au contenu principal

Splendeurs et misères des secrétaires administratifs

Où l'on essaie de vendre le concept de "permanence administrative" mais où l'on en fait un peu trop (et pour un fonctionnaire, en faire trop, c'est une faute professionnelle).


Déjà les vacances, et vous n'avez rien eu le temps de planifier ?

Vous voudriez vous adonner à une activité originale, ludique et bon marché, pour occuper le lundi à venir ?

NE CHERCHEZ PLUS !

Le secrétariat de Direction a une offre EXC-EP-TION-NELLE à vous présenter, qui garantira des sensations fortes aux amateurs de sports extrêmes.

En effet, nous proposons à l'un d'entre vous de se présenter au Collège ce 19 octobre au matin, sur les coups des 7h50, pour connaître le grand frisson administratif et vivre une authentique expérience de secrétariat (tm) "en immersion". Non, vous ne rêvez pas ! Si vous avez la chance d'être sélectionné,  vous serez initié aux arcanes secrètes de la Fonction Publique (que même les Francs Maçons nous envient !), en présence d'authentiques représentants du Fonctionnariat qui vous donneront conseils, astuces ET MEME DES TRUCS A FAIRE ! Le tout, pendant 8 heures d'affilée (soit huit fois soixante minutes de soixante secondes - durée minimale conseillées).

MAIS-CE-N'EST-PAS-TOUT-!

Sur votre authentique chaise à roulettes (matériel agréé par la Fédération Olympique de la Fonction Publique), vous partagerez le quotidien trépidant de ces héros de l'ombre, ces casques bleus de la paperasse, ces vétérans du dossier en triple exemplaire, dont vous suivrez le vigoureux exemple (petites natures s'abstenir : un test à l'effort sera effectué sur place à votre arrivée afin d'attester de votre bonne condition physique) (sans doute s'agira-t-il d'ouvrir une enveloppe à mains nues, ou d'agrafer une liasse de feuilles de différents grammages... nous ne sommes pas encore fixés, c'est trop fatigant d'y penser).

Au cours de votre authentique journée de permanence (tm), vous aurez également l'occasion de :

- Faire usage du téléphone : grâce à cette boîte magique issue de la recherche spatiale, vous pourrez parler à des gens qui ne sont pas dans la même pièce que vous - et même, parfois, qui ne sont pas dans la même ville non plus ! Oubliez les nombreux désagréments liés à l'utilisation des deux pots de yaourts vides reliés par un bout de ficelle : grâce à cette technologie du futur SANS FIL, vous pourrez vous entretenir avec des personnalités hautes en couleur telles que la boîte vocale automatisée de la Poste.fr, la conseillère litiges de la plateforme UGAP, le châtelain Guy De Laloge (qui vous passera les appels en direct de son château fort à l'entrée), ou même Mme Michu qui a fait un faux numéro ! Les mélomanes, eux, seront à la fête puisqu'ils pourront profiter des mises en attentes pour écouter (et réécouter) (et réécouter) (et réécouter) les plus belles boucles de vingt secondes tirées des oeuvres de Ravel, Vivaldi, et Coldplay.

- Faire des photocopies : grâce à une autre boîte magique, issue cette fois de la recherche INTERSTELLAIRE, vous pourrez dupliquer à l'envi des documents en un, deux, trois, jusqu'à 999 exemplaires ! Vous vous esbaudirez de la diversité et de la profondeur thématique des pièces qui vous seront confiées,  tels que les factures UGAP, les avoirs UGAP, les relances UGAP, les courrier de litige UGAP. Vous pourrez même, si vous le désirez, immortaliser votre glorieux visage en le collant sur la vitre et en appuyant sur "copie", comme dans les films américains (pensez simplement à fermer les yeux au moment du flash, si vous ne souhaitez pas remplir votre propre dossier d'accident du travail) !

- Ouvrir le photocopieur à cause d'un bourrage papier et essayer d'y remédier sans y laisser vos doigts.

- Refermer le capot du photocopieur, le rebooter, et vous demander pendant dix minutes pourquoi il ne fonctionne toujours pas, alors que vous êtes couvert d'encre des pieds à la tête, que vous vous êtes coupé deux fois, et brûlé en même temps.

- Injurier copieusement le photocopieur, son père, sa mère et son hypothétique descendance. Il ne peut pas répondre ni vous dénoncer à vos supérieurs, alors faites-vous plaisir.

- Découvrir en avant-première les cinquante sept pages recto-verso des vingt deux dernières circulaires rectorales, et les derniers réajustements législatifs en vigueur. Riez aux éclats en découvrant l'ironie mordante du formulaire B-122-12, ou soyez émus aux larmes par la triste histoire de l'acte administratif rejeté pour non-conformité avec les nouvelles directives académiques !

- Recevoir et envoyer des "courriels" : grâce à une troisième boîte magique issue de la recherche interdimensionnelle,  vous pourrez recevoir des messages mystérieux appelés "courriels", venus de l'intérieur de la drôle de télévision que vous regarderez toute la journée (mais dont les programmes sont complètement nuls, tenez-vous le pour dit). Messages qui ressemblent un peu à des e-mails, mais en version française.

- Faire (et boire !) le café : grâce à une quatrième boîte magique développée par le département "sciences occultes appliquées" de l'Académie Poudlard, et plus particulièrement aux petits lutins qui pédalent en-dedans, concoctez pour vos collègues un breuvage digne des dieux, et savourez-le en leur compagnie, afin de réchauffer vos cœurs et vos âmes meurtries par le labeur.

- Regarder l'horloge.

- Regarder l'horloge fixement.

- Bailler.

- Regarder l'horloge avec plus d'intensité.

- Tenter d'avancer les aiguilles de l'horloge par la force de la pensée.

- Échouer.

- Vous lever, avancer les aiguilles de l'horloge à la main.

- Quitter l'établissement d'un bon pas, en espérant que personne ne se rendra compte de la supercherie.

- Vous mettre à courir aux premiers éclats de voix qui retentiront derrière vous.

ET TELLEMENT D'AUTRES CHOSES ENCORE !

Mais enfin, objecterez-vous, suspicieux, c'est trop beau pour être vrai ! Tout ceci doit bien avoir un coût !

Que nenni, répondrais-je aussitôt !

La totalité des frais afférents seront pris en charge par l'établissement - à l'exception du repas de midi (tiré du sac ou restaurant, à votre convenance).

En retour, je m'engage solennellement, moi, secrétaire de Direction, à rester confortablement enroulé dans ma couette toute chaude jusqu'à 11 heures du mat', heure locale, et à traîner en pyjama jusqu'à 16h30 (au moins).

Aussi, hâtez-vous de nous renvoyer le coupon-réponse ci-joint, et soyez notre heureux (ou heureuse !) élu(e) !

Lundi sera vite là, et nous n'avons qu'une seule place à pourvoir !

Celles et ceux d'entre vous qui n'auront pas la chance d'être tirés au sort, et qui auraient l'étrange habitude de s'ennuyer en vacances pourront, de leur côté, s'imaginer leur rentrée en compulsant le semainier ci-joint.

Vous souhaitant d'excellentes vacances, et un lundi inoubliable à celui ou celle qui me remplacera bénévolement,

Bien cordialement,

--


Le secrétariat de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…