Accéder au contenu principal

Perdu de recherche

Où l'on s'apprête à affronter la première semaine de cinq jours depuis fort, fort longtemps (mais paradoxalement, pas assez).




Bonsoir à tous,




Suite au message qui accompagnait la dernière édition du semainier, nous avons reçu de nombreux courriels inquiets nous demandant de vous communiquer toutes les informations que nous pourrions avoir, bonnes ou mauvaises, au sujet du triste fait divers que nous vous relations alors.

Vous serez, j'en suis sûr, émus et soulagés d'apprendre que tout va bien, tout est rentré dans l'ordre : nous avons retrouvé le vendredi (comme en atteste le document ci-joint).


Constatée le 21 octobre, sa disparition avait alimenté les spéculations les plus folles quant à la nature de cette défection inattendue (et remarquée !).

Enlèvement ? Complot ? Conspiration ? Intervention extraterrestre ?

Plusieurs semaines durant, les rumeurs sont allées bon train (certains allant jusqu'à prétendre l'avoir entr'aperçu le 4 novembre, en même temps que Bigfoot et le Monstre du Loch Ness, mais leurs témoignages n'ont pas été jugés dignes de foi car tout portait à croire qu'ils étaient Ardéchois).

Pourtant, comme à son habitude, la réalité se révèle beaucoup plus terre-à-terre, puisque l'intéressé a été arrêté par les agents du service des douanes, alors qu'il essayait d'entrer illégalement sur le territoire Mexicain, affublé d'une fausse moustache, d'un banjo, d'un sombrero, et d'un paquet d'Enchiladas Old El Paso. De son propre aveu, il avait l'intention d'y refaire sa vie "en tant que catcheur professionnel", et peut-être même d'y épouser "une danseuse de salsa". Ce qui lui a valu d'être arrêté par les autorités locales pour "abus de clichés".


Il est actuellement reconduit sur le sol français par les autorités compétentes et devrait reprendre ses fonctions dès le 18 novembre.

Rappelons que le vendredi était jusqu'ici surtout connu pour être "la journée de trop dans la semaine professionnelle des fonctionnaires" - un statut qu'il vivrait, de son propre aveu "particulièrement mal", et qui expliquerait cette fugue insensée.

"Je ne suis pas comme le lundi, moi, ajoute-t-il à notre micro, des sanglots dans la voix. Lui, c'est un vicieux, il aime faire souffrir les gens, ça le fait rire de regarder leurs visages  grimacer quand le réveil balance du Claude François. Alors que moi, tout ce que je demande, c'est d'être aimé, comme le samedi, comme le dimanche ou comme Kim Kardashian. Les rares fois où je suis férié, les gens n'ont pas du tout le même rapport avec moi, je me sens utile, apprécié, j'ai enfin l'impression d'avoir ma place dans les éphémérides. Le reste du temps, j'ai le sentiment d'être le cinquième jour de la semaine".

"Allons, allons, pas du tout", essayons-nous de le réconforter en lui tenant la main - mais sans grande conviction, et en lui collant des grands coups de pieds sous la table (en juste rétribution de toutes ces semaines de travail qu'il allonge inutilement).


Vous souhaitant un excellent week-end hors de sa sphère d'influence,


Bien cordialement,




Le secrétariat de Direction



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Vers l'Infini et au-delà... mais demain.

Où l'on reprend bon gré mal gré, mais plutôt mal que bon.





On peine souvent à se représenter les distances astronomiques qui séparent les corps célestes, car l'esprit humain n'a pas vocation à traiter des données aussi abstraites.

Qu'est-ce qu'une année-lumière, pour celui qui doit les éteindre en quittant sa salle au nom des économies d'énergie ?

Qu'est-ce qu'un trou noir pour celui qui, sitôt rentré chez lui, noie les contrariétés de la journée dans un trou normand ?

Et même : qu'est-ce que l'infini, pour celui qui n'a jamais eu à corriger une copie désastreuse - avec tellement de ratures dans la marge qu'on dirait une naine rouge ?

L'infini, quel mystère.


Si l'on devait en donner une idée la plus claire et la plus imagée possible, peut-être suffirait-il d'envisager la distance qui nous sépare (déjà !) des dernières vacances ; et plus encore cell…

Imprime-toi ça dans le crâne !

Bonjour à tous,





Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, l'imprimante de la salle des professeurs connaissait ce que les spécialistes appellent affectueusement "quelques menus problèmes de fonctionnement". Problèmes qui, curieusement, se sont accentués de façon très invalidante depuis qu'"on" l'a ouverte, qu'on en a enlevé le toner et qu'on a jeté le chariot de celui-ci à la poubelle


Comme disait Bourvil dans des circonstances similaires "ha ben c'est sûr qu'elle va moins bien marcher, maintenant".

Plus mystérieux encore : des tests ADN réalisés par les équipes scientifiques des Experts : Jean Roucas ont révélé que le chariot jeté à la poubelle n'était PAS celui de l'imprimante sus-mentionnée, et n'est donc pas compatible avec celle-ci (qui est-il, d'où vient-il, nul ne le sait).

M Victor a temporairement résolu le pro…