Accéder au contenu principal

Perdu de recherche

Où l'on s'apprête à affronter la première semaine de cinq jours depuis fort, fort longtemps (mais paradoxalement, pas assez).




Bonsoir à tous,




Suite au message qui accompagnait la dernière édition du semainier, nous avons reçu de nombreux courriels inquiets nous demandant de vous communiquer toutes les informations que nous pourrions avoir, bonnes ou mauvaises, au sujet du triste fait divers que nous vous relations alors.

Vous serez, j'en suis sûr, émus et soulagés d'apprendre que tout va bien, tout est rentré dans l'ordre : nous avons retrouvé le vendredi (comme en atteste le document ci-joint).


Constatée le 21 octobre, sa disparition avait alimenté les spéculations les plus folles quant à la nature de cette défection inattendue (et remarquée !).

Enlèvement ? Complot ? Conspiration ? Intervention extraterrestre ?

Plusieurs semaines durant, les rumeurs sont allées bon train (certains allant jusqu'à prétendre l'avoir entr'aperçu le 4 novembre, en même temps que Bigfoot et le Monstre du Loch Ness, mais leurs témoignages n'ont pas été jugés dignes de foi car tout portait à croire qu'ils étaient Ardéchois).

Pourtant, comme à son habitude, la réalité se révèle beaucoup plus terre-à-terre, puisque l'intéressé a été arrêté par les agents du service des douanes, alors qu'il essayait d'entrer illégalement sur le territoire Mexicain, affublé d'une fausse moustache, d'un banjo, d'un sombrero, et d'un paquet d'Enchiladas Old El Paso. De son propre aveu, il avait l'intention d'y refaire sa vie "en tant que catcheur professionnel", et peut-être même d'y épouser "une danseuse de salsa". Ce qui lui a valu d'être arrêté par les autorités locales pour "abus de clichés".


Il est actuellement reconduit sur le sol français par les autorités compétentes et devrait reprendre ses fonctions dès le 18 novembre.

Rappelons que le vendredi était jusqu'ici surtout connu pour être "la journée de trop dans la semaine professionnelle des fonctionnaires" - un statut qu'il vivrait, de son propre aveu "particulièrement mal", et qui expliquerait cette fugue insensée.

"Je ne suis pas comme le lundi, moi, ajoute-t-il à notre micro, des sanglots dans la voix. Lui, c'est un vicieux, il aime faire souffrir les gens, ça le fait rire de regarder leurs visages  grimacer quand le réveil balance du Claude François. Alors que moi, tout ce que je demande, c'est d'être aimé, comme le samedi, comme le dimanche ou comme Kim Kardashian. Les rares fois où je suis férié, les gens n'ont pas du tout le même rapport avec moi, je me sens utile, apprécié, j'ai enfin l'impression d'avoir ma place dans les éphémérides. Le reste du temps, j'ai le sentiment d'être le cinquième jour de la semaine".

"Allons, allons, pas du tout", essayons-nous de le réconforter en lui tenant la main - mais sans grande conviction, et en lui collant des grands coups de pieds sous la table (en juste rétribution de toutes ces semaines de travail qu'il allonge inutilement).


Vous souhaitant un excellent week-end hors de sa sphère d'influence,


Bien cordialement,




Le secrétariat de Direction



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Rends le Tambour, épisode 2

Où l'on s'est engagé la semaine précédente et où l'on tient parole.




Bonsoir à tous,




Comme attendu, nous vous transférons ci-joint le planning de la semaine prochaine, et profitons de ce message pour relayer cet important communiqué :







Vous souhaitant un bon week-end,


Bien cordialement,

--

Le secrétaire de direction

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté de…