Accéder au contenu principal

Retour vers le Futur Proche

Où l'on s'offre un petit voyage dans le temps (référencé), à une semaine des vacances, parce que ça ne coûte pas grand chose - et que c'est aussi bien, d'un point de vue comptable. 



Cher Marty,



J'espère qu'en dépit de la pollution atmosphérique et des fluctuations du continuum spatio-temporel qu'elle engendre, ce message te trouvera à l'heure dite du jour dit, c'est-à-dire, si mes calculs sont bons : chez toi, vendredi 9 décembre au soir, alors que tu es confortablement installé devant ton ordinateur, les pieds bien au chaud dans les chaussons-lapins que tu aimes à porter lorsque personne ne te regarde (je te rassure, ça arrive même aux meilleurs. Et puis c'est assorti à ton pyjama Winnie l'Ourson). La marge d'erreur de mes estimations n'est cependant pas négligeable, du fait du comportement capricieux des électrons en fin d'année (ils ne sont déjà pas très positifs en été, alors tu penses bien que les températures basses n'arrangent rien. Ils boivent beaucoup pour oublier le froid et par conséquent, ils sont particulièrement chargés du matin au soir). En conséquence, peut-être trouveras-tu ce message au collège lundi matin.


Si je t'écris aujourd'hui, c'est-à-dire demain, c'est-à-dire dans une semaine de ton calendrier à toi, c'est parce que j'ai mis à profit mes nombreuses heures perdues de fonctionnaire (pléonasme) pour recycler l'ancienne cafetière du bureau et la transformer en machine à voyager dans le temps (c'était ça où une porte des étoiles, mais je n'avais pas assez de trombones pour renforcer l'alliage de protection). Dans la mesure où le temps, c'est de l'argent, je pensais m'en servir pour arrondir mes fins de mois mais de toute évidence, ça ne marche pas comme ça (quelle déception).


Pour mon premier essai, je me suis fixé un objectif plus modeste que je ne le suis moi-même : j'ai programmé un bond d'une semaine et trois jours dans le futur (ici, cale mentalement un roulement de tambour pour l'effet dramatique). Or figure-toi que ce que j'y ai découvert est TERRIBLE ! (ici, cale un autre roulement de tambour, suivi d'un coup de cymbale bien senti). Raison pour laquelle je vais aller à l'encontre de tout ce qu'on peut nous enseigner au sujet du principe de causalité (genre : ne pas retourner dans le passé pour tuer notre ancêtre et voir ce qui se passe, par exemple), et t'envoyer ce message d'avertissement à rebours. Je serais volontiers revenu moi-même mais ma machine n'en est encore qu'au stade du prototype : elle ne supportera pas un autre voyage si je ne remplace pas d'abord son filtre, et si je ne lui trouve pas du pur arabica.

Alors non, je préfère te couper tout de suite, tu ne te fais pas voler ta moitié par un gros malabar, non, tes enfants ne vont pas avoir des ennuis avec la justice et/ou le pôle emploi à cause d'une course de voiture qui aura mal tourné, et non, il ne faut pas sauver l'horloge de l'hôtel de ville, j'ignore où tu es aller chercher tout ça.


Et en un sens, c'est pire encore : car figure-toi que depuis mon arrivée ici, j'ai beau arpenter le collège en long, en large et en travers, je n'y ai pas trouvé âme qui vive, pas même du côté du distributeur de barres chocolatées, ou en train d'essayer de voler des agrafes au service d'intendance pour les revendre au marché noir. Contre toutes attentes, les couloir sont déserts, obscurs, silencieux. Alors que l'endroit devrait déborder de vie, de cris, de rires et d'expression bigarrées comme les affectionnent nos chers collégiens (expressions que la bienséance me commande de ne pas citer dans ces lignes, mais dont les implications anatomiques sont souvent problématiques, scientifiquement parlant), il semble comme plongé dans un état léthargique, comme vos élèves du lundi matin après un soir de match. J'ai beau essayer de joindre l'administration, personne ne me répond (mais bon, ça, à la rigueur, pas d'inquiétude, c'est normal, c'est l'administration). Plus troublant encore : personne ne m'a signalé de problème informatique depuis plus de douze heures, maintenant. J'en déduis que quelque chose ne tourne pas rond. En plus, il n'y a plus de chauffage, et j'ai déclenché un signal sonore qui résonne en boucle (un peu comme de la musique, mais moins harmonieuse que du Christophe Maé, ce qui n'est pas peu dire), et qui semble avoir pour effet d'attirer de jolies lumières clignotantes à l'extérieur de l'établissement (ainsi que plein de pinponpins).

J'ignore, donc, ce qui va se produire entre ce soir (pour toi) et ce soir (pour moi), mais cela devrait complètement transformer nos vies pour au moins deux semaines, et notre routine quotidienne devrait s'en trouver bouleversée... Méfiance, donc. Si un individu patibulaire coiffé d'un casque en métal recyclé te donne un almanach de résultats sportifs, surtout, refuse-le et dénonce-le aux autorités compétentes.

Je compte sur toi, nom de Zeus !

Parce que j'aime autant te dire qu'ils sont en train de me passer les menottes et que c'est pas le pied !




Excellent Retour vers le Week-End à vous !

 --

Le secrétariat de direction



Bon à savoir : en réalité, si vraiment j'avais voyagé une semaine et trois jours dans le futur, je serais tombé sur moi-même en pleine activité (j'ai trois mois de paperasse à classer), puisque l'administration sera de permanence le lundi 19 décembre (pour notre plus grand bonheur à tous, vous pensez bien. Oh oui, oh oui).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…