Accéder au contenu principal

Le Semainier tombé du Ciel

 Où l'administration a ses raisons que la Raison ignore...



Bonsoir à tous,




Vous vous étonnerez sans doute que le mot d'accompagnement soit d'une brièveté (toute relative) ce soir, mais à cela, il y a une raison fort simple, dont je m'en vais vous entretenir instamment.

Que les âmes sensibles et impressionnables soient toutefois prévenues : en plus du planning de la semaine prochaine ci-joint, ce message d'accompagnement lèvera le voile sur certaines vérités indicibles qui gagneraient à rester ignorées des honnêtes gens.


Ainsi donc, les plus calés en d'entre vous en littérature anglophone connaissent peut-être l'oeuvre d'Howard Philips Lovecraft, écrivain américain du siècle dernier qui a révolutionné le genre Fantastique avec ses histoires de créatures abominables, indescriptibles, toutes en tentacules, en yeux innombrables  et en pattes arachnides (un peu comme celles qu'on voit du côté des champs Monsanto. Sauf que ça, ce sont des vaches...) ; des êtres mauvais, des dieux anciens, terrés dans les ténèbres au plus profond des ténèbres, qui tentent d'envahir notre monde en se glissant subrepticement dans les failles qui séparent les dimensions, ou qui attendent leur heure (comme tout fonctionnaire qui se respecte, leur heure étant 17h15) au sommet de palais incompréhensibles,  étendus dans tellement de directions que l'esprit humain ne peut supporter leur vue sans sombrer dans la folie (ça marche aussi avec les émissions de Cyril Hanouna, mais ça a moins d'allure).

Et bien qu'on se le tienne pour dit !

Travailler dans l'administration, c'est à peu près pareil (et à plus forte raison quand on essaie de trouver une info sur le site de l'académie, qui s'étend lui aussi dans toutes les directions - mais vraisemblablement jamais la bonne)
.
Parce que s'il y a bien une profession qu'on peut qualifier de "non-euclidienne", c'est celle de secrétaire administratif ; et les horreurs tapies sous le tapis ne sont que peu de choses face à la menace très concrète d'une nouvelle circulaire ou d'un imprimé abscons rédigé dans une langue pédagogique inconnue.


Il paraît que si on lit trois fois de suite la lettre d'information référencée BZX 1987775-24 à voix haute devant un miroir sous les coups de minuit, on invoque une nouvelle réforme.


Flippant.


C'est certain : le père Lovecraft aurait adoré ce job. Et il aurait sans doute réévalué son échelle de la peur en conséquence.

Les tentacules, c'est bien. Les trombones, c'est mieux. Ou pire. Tout dépend de quel point de vue de la réalité on se place.


C'est donc pour préserver le peu de santé mentale qu'il me reste que je m'en retourne prématurément dans mes pénates, où j'essaierai de me convaincre que tout ça n'est qu'un rêve et que je suis un papillon.



Vous souhaitant un week-end sain dans un corps sain,



Bien cordialement,


--


Le secrétaire de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…