Accéder au contenu principal

Qui peut le plus peut le moins

 Où l'on ambitionne de rentrer chez soi à l'heure, pour une fois.


Bonsoir à tous,



Je ne sais pas si vous avez mis le nez dehors récemment mais l'hiver n'est pas loin - ou alors c'est super bien imité.

Les températures dansent la Macaréna dans le thermomètre, le soleil se lève à midi et se couche à quatorze heures trente (j'ai ouïe dire qu'il préparait le concours de fonctionnaire), le vent souffle autant que moi quand je regarde l'horloge du bureau et qu'il n'est que quinze heures. Quinze heures une. Quinze heures deux. Soupir...


Il faut se faire une raison : les journées raccourcissent et en raccourcissant, elles donnent de mauvaises idées à certains.

En témoigne la façon tragique dont le mot d'accompagnement du semainier suit leur exemple ce soir.

En espérant, très sincèrement, que ça ne jettera pas un froid.



Vous en souhaitant bonne réception, ainsi qu'un week-end chaleureux,



Bien cordialement,

--


Le secrétaire de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit bonhomme de chemin.

C'est un petit bonhomme tout gris, qui vit recroquevillé dans le coin tout gris d'un univers tout gris, peuplé de bonhommes tout gris recroquevillés dans le coin tout gris d'un univers tout gris et tout ça jusqu'à l'infini, un infini de gris et de petits bonhommes recroquevillés sur eux-mêmes dans leur coin.

Du matin au soir et du soir au matin, comme tous les autres, il bougonne, ronchonne, rabâche, de la voix la plus grise qu'on puisse s'imaginer. "Et pourquoi il a ci ?". "Et pourquoi j'ai pas ça ?". "Et pourquoi ils y ont droit ?". "Et pourquoi on ne me donne pas ?". Personne ne l'aime. Dit-il. Personne ne le respecte. Dit-il. Personne n'est là pour lui. Dit-il. Ah, s'il avait plus d'argent. Plus de considération. Plus de ceci ou de cela. Une maison plus grande, avec une piscine qui fait Plouf. Une voiture plus puissa…

Vers l'Infini et au-delà... mais demain.

Où l'on reprend bon gré mal gré, mais plutôt mal que bon.





On peine souvent à se représenter les distances astronomiques qui séparent les corps célestes, car l'esprit humain n'a pas vocation à traiter des données aussi abstraites.

Qu'est-ce qu'une année-lumière, pour celui qui doit les éteindre en quittant sa salle au nom des économies d'énergie ?

Qu'est-ce qu'un trou noir pour celui qui, sitôt rentré chez lui, noie les contrariétés de la journée dans un trou normand ?

Et même : qu'est-ce que l'infini, pour celui qui n'a jamais eu à corriger une copie désastreuse - avec tellement de ratures dans la marge qu'on dirait une naine rouge ?

L'infini, quel mystère.


Si l'on devait en donner une idée la plus claire et la plus imagée possible, peut-être suffirait-il d'envisager la distance qui nous sépare (déjà !) des dernières vacances ; et plus encore cell…

Un Semainier plus Grand à l'Intérieur

Où l'on éprouve une drôle de désorientation chronologique...


A l'ensemble des voyageurs temporels du Collège Jean Roucas,




Bonsoir à tous - même si le temps est relatif et si mon soir à moi peut très bien être votre matin à vous (ou vice versa, ne soyons pas sectaires - même si mes matins de week-end commencent à midi, ce qui complique encore les choses).


Cela ne vous aura pas échappé : si l'on en croit les fiches de paie que j'ai distribuées dans vos casiers jeudi, nous sommes en Mars (ce qui, vous en conviendrez, explique beaucoup de choses sur le plan de la météo).

Il va donc falloir sérieusement vous préparer à boucler le deuxième trimestre, malgré le fameux coup de fatigue du milieu de l'année scolaire (heureusement, les orientations AFFELNET et les surveillances du Brevet sont encore loin ! N'y pensons même pas !).


Mais tenez bon ! Les vacances de Pâques seront bientôt là - et avec elles, vo…