Accéder au contenu principal

L'Amour à la page (hahoummmm tchatchatcha)

 Où l'on s'apprête à la tourner (la page), et où l'on chante pour ne pas déchanter.



Alors j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne, c'est qu'"ILS" sont en vacances.

La mauvaise, c'est que pas vous.

Mais bon, vous, ce n'est pas bien grave parce que vous êtes en vacances toute l'année, si l'on en croit les gens du privé.

Du coup, vous en reprendrez bien pour une petite semaine, pas vrai ?

Allez, ne vous faites pas prier, c'est la maison qui offre.

Mais si, mais si, j'insiste.

J'INSISTE, J'AI DIT.

Vous le voulez, votre avertissement de travail pour faute professionnelle ? Non ? Bon ben voilà.

Rendez-vous lundi, alors.


Et comme je ne suis pas bégueule (quoi que ça puisse vouloir dire par ailleurs - le français n'étant pas une science exacte, j'en veux pour preuve les copies de vos élèves), je vous envoie un joli petit planning couleur lagune, pour vous préparer psychologiquement à ce qui vous attend "après" (profitez-en, vous n'êtes pas près d'en revoir un de si tôt).


Pour vous mettre dans l'ambiance, je peux même vous fredonner à l'oreille le générique de la Croisière s'Amuse (fleuron du divertissement télévisuel des années 80), si ça peut vous rendre ces cinq jours plus exotiques...

Avant la rentrée en musique, ce sera la sortie en musique, je vais gagner des points auprès du Ministère (sortez vos parapluies, par contre, il va tomber des chiens et des chats, comme disent vos collègues de langues étrangères. Gaffe aux Saint Bernard, d'ailleurs, ça peut faire super mal quand ça vous tombe dessus depuis la stratosphère).


Allez, 3... 4...

Looooove

Exciiiting and neeeew

Come abooooard

We're expecting youuuuu

The looooveeeee boooaaatttt...



Vous souhaitant un week-end cinq étoiles avec vue sur la mer,


Bien cordialement,


--


Le barman de direction

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le peti seménié 2 l'édukassion nassionalle

Où l'on ne (sous-)traite pas avec l'ennemi, mais avec ce qu'on a sous la main...


Deux mots de semainier dans la même semaine ?

Comme vous y allez !

Dois-je vous rappeler que j'ai obtenu le statut de fonctionnaire à la sueur de mes additions à deux chiffres (lointain souvenir d'un concours pas encore digéré) ?

Or ce statut me donne droit à... euuuh... des droits ! Oui, parfaitement, madame ! Et les 35 heures annualisées en font partie !


Par conséquent, plutôt que de vous écrire un texte rigolo sans protester, puis de porter plainte contre vous et de vous faire appeler à comparaitre devant le tribunal des Prud'hommes (ou de l'Inquisition Espagnole, selon disponibilités) pour "esclavagisme moderne et conséquences", j'ai profité de la fête des élèves pour réquisitionner au hasard une de nos "chères têtes blondes" (on les appelle ainsi parce que quand on ne les verra plus, ce sera …

Sur les dents - 2

Où les conséquences suivent la cause avec la diligence qu'on leur connaît, après un mardi férié bienvenu, et au terme d'un vendredi après midi rattrapé un mercredi (c'est complexe, je sais)...




SUUUURRRR-PRIIIIIIISE !



Vous ne l'attendiez pas si tôt, ni si nombreux, mais c'est bien une double ration de semainier que je vous propose aujourd'hui, conscient du trouble existentiel dans lequel je m'apprête à vous plonger séant.


Déjà qu'après cette coupure de début de semaine, on ne sait plus si on est lundi, mardi, mercredi ou jeudi (on sait déjà qu'on n'est pas vendredi, hélas - ou alors seulement cet après-midi, mais avec une semaine d'avance et sans week-end derrière. Vous suivez ?)... alors si le semainier débaroule dans votre boîte mail dès mercredredi soir (on va l'appeler comme ça, du coup), et qu'en plus il couvre deux semaines (dont la première n'en est une qu'a…

Et jamais deux sans trois

 Où l'on s'apprête à profiter du dernier long week-end avant le très long sprint final.


Trois jours. Non mais allo quoi. Trois jours de week-end. J'hallucine.


Mais qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse, de ces trois petits jours ? C'est qu'on n'a plus trop l'habitude, nous.


Même en partant ce soir et en se cachant dans la soute, on ne pourrait pas profiter des grandes étendues sauvages de l'ouest américain avant demain après-midi (au moins). Autant dire qu'il serait déjà presque temps de rentrer (sans compter le temps qu'on passerait au poste frontière pour expliquer ce qu'on faisait en soute caché dans un étui à guitare king size ou dans un sarcophage égyptien en placoplâtre acheté à la Foir'Fouille) (c'est donc ça, le fameux Touthenkarton ?).

Pour le Japon, ce ne sera pas possible non plus, on n'aurait pas récupéré du décalage horaire de l'aller qu'on s…